Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  
Poète d'aujourd'hui

Serge Félix-Tchicaya


Biographie

À l’âge de huit ans, Serge Félix-Tchicaya découvre la poésie avec le célèbre « À ma mère » de Camara Laye. Après s’en être fortement inspiré, le jeune garçon écrira, lui aussi, une ode qu’il dédiera à sa mère chérie, Elithi. En 1976, ses parents – diplômes en poches – décident de rentrer à Pointe-Noire, au Congo. Le jeune Serge y écrira de nombreux poèmes.
À la suite du décès (1988) de son oncle, l’écrivain Tchicaya U’Tamsi, il écrit une nouvelle : Friction. Elle raconte l’histoire d’un monarque qui se baigne dans le sang de ses serviteurs. La nouvelle est adaptée et jouée, la même année, à Pointe-Noire ; Serge y tient le rôle principal.
Fin 1988, il écrit un long poème intitulé, Le fou d’à côté. « Lequel fou dit avoir été témoin d’un assassinat politique ». Ça se passe au Congo. Le texte est mis en scène et joué par le célèbre comédien Ndoulou-Mbemba. L’auteur n’assiste pas à la première, en Novembre 1989 ; il vient de s’envoler pour Paris. D’où il retouche le texte pour en faire une nouvelle. En 2013, Le fou d’à côté est édité aux Editions PAARI.
Féru de recherches sur l’histoire politique du Congo, il rassemble les interventions de son grand-père, député à l’Assemblée nationale française de 1945 à 1959, et publie ensuite aux Editions PAARI, en Janvier 2015, « La parole est à Monsieur le Député Jean Félix-Tchicaya ».
Enfin, Serge Félix-Tchicaya revient à ses premières amours, avec un recueil de poésie « La résurrection du Loango – suivi de Béréshit et Bismillah » édité chez PAARI en Décembre 2015.
Serge FELIX-TCHICAYA est né le 16 Septembre 1964 à Brazzaville (CONGO) ; il est marié, père de quatre enfants. Il est professeur indépendant de chant. Vit en France.

Bibliographie

  • La résurrection du Loango – suivi de Béréshit et Bismillah, Paari, 2015

    En préparation
  • Couronnes congolaises en ré mineur , poésie
  • Il est de retour
  • La révolte des doukou-dakas , nouvelle


  • Actualité
    + Consulter les archives

    Extrait
    Toi qui écoutes cette mélodie,
    Apprends-moi à regarder l'horizon,
    A le polir chaque matin,
    Et Aker laissera entendre sa voix millénaire.
    Peut-être, deviendrai-je, moi-aussi,
    Un ami d'ibrahim, avec le h, en plus...
    Si seulement tu savais ce qu'il a vu...
    Tu te précipiterais de l'interrgoger.
    Aimer, suffit. Je souhaite que tu arrives...

        Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Facebook Newsletter