Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  
Poète d'aujourd'hui

Samira Negrouche


Biographie

Samira Negrouche est née à Alger où elle vit. Poète et traductrice, elle est également médecin mais se consacre depuis quelques années à ses projets littéraires. Ses textes sont publiés dans plusieurs pays, traduits dans une vingtaine de langues et publiés en volumes, en revues et en collectifs. Elle a notamment été publiée par Po&sie, Action Poétique, Bomb Magazine, Berlin Quarterly, Poetry Wales et figure dans plusieurs anthologies.

Trilingue de naissance, elle se passionne très tôt pour les langues et pour la traduction de poètes contemporains de l’arabe et de l’anglais vers le français. Elle mène un dialogue au long cours avec la poète américaine Anna Moschovakis dont découlera Flat White 20/20 publié en 2016, qui sera suivi de « Thanksgiving » en 2017.
Questionnant les frontières physiques, linguistiques mais aussi artistiques, elle collabore depuis de nombreuses années avec des artistes visuels et des musiciens tels que Katerina Fotinaki, Lionel Martin ou Ali Silem avec lequel elle crée Bâton/Totem en 2016.

Samira Negrouche arrive sur la scène publique Algéroise – premières lectures, premiers prix en 1996 – à une époque où la scène culturelle est dévastée, c’est tout naturellement qu’elle répond au besoin de fonder en 1999 l’association Cadmos qu’elle dirige jusqu’en 2012. Elle organise de nombreuses rencontres littéraires et multidisciplinaires telles que À Front-tiers de poésie (2006 – 2010). Elle a conçu et coordonné le printemps des poètes pour les instituts français d’Algérie (2008 – 2012) et a été membre du comité international des Voix de la Méditerranée de 2008 à sa disparition en 2015.

Samira Negrouche participe régulièrement à des festivals de poésie (Festival de Struga, de la ville de Mexico, de Berlin, de la Queen Mary University de Londres) ainsi qu’à des conférences, salons du livre et autres symposiums (Johannesburg, Beyrouth, Dakar, Montréal, Buenos Aires, New York…) ; elle anime également des ateliers d’écriture et de traduction en milieu scolaire et universitaire.

À l’automne 2015, elle a été l’invitée de Pratt institute et de Columbia University et fut la première résidente de la fondation Saint John Perse en 2016. Elle a été boursière du CNL (2004, 2016) et a obtenu la bourse Jean Jacques Rousseau de l’Akademie Schloss Solitude de Stuttgart en 2013.

Elle est en résidence à l’Espace Pandora en 2017 et l’invitée des itinéraires poétiques Saint Quentin en Yvelines pour le printemps des poètes Afriques.

Bibliographie

  • Six arbres de fortune autour de ma baignoire, Mazette, 1er Mars 2017
  • Un ange sur une corde à linge, de Mazen Maarouf, traduit de l’arabe, L’Amandier 2013
  • Quand l’amandier refleurira, anthologie de poètes Algériens contemporains de langue française, l’Amandier 2012
  • Le jazz des oliviers, éditions du Tell 2010
  • Cabinet secret, avec trois œuvres originales de Enan Burgos, Color gang 2007
  • À chacun sa révolution, édition bilingue français / italien, traduction de Giuseppe Napolitano, la stanza del poeta, Naples 2006
    Iridienne, gravures sur calque d’Yves Olry, Color Gang 2005
  • À l’ombre de Grenade, A.P l’étoile 2003 (réédité à Alger en 2006)
    L’opéra cosmique, El Ikhtilef 2003
  • Faiblesse n’est pas de dire, Barzakh 2001


  • Actualité 2017
  • Poésie d'Afrique(s) et d'ailleurs (29/03/2017)
  • Mémoire vive (25/03/2017)

  • Nouvelle(s) parution(s)

    Six arbres de fortune autour de ma baignoire Editions Mazette (2017)

    + Consulter les archives

    Extrait
    dans le jardin de rocaille
    un homme muet danse
    on ne sait l’oraison funèbre

    un homme sourd dit-ton
    sème des pas d’abondance
    et des cercles solaires

    il n’est pas né pour entendre
    la déflagration du monde


    y a-t-il un lieu échoué
    sur une crête oubliée
    où les nouvelles ne parviendraient pas
    où les nouvelles ne se supposeraient pas
    où les nouvelles ne se sentiraient pas
    y a-t-il une brèche de temps
    qui n’attende pas
    de figer nos regards
    sur les écrans asphyxiés ?



    y a-t-il des yeux en ce monde
    des oreilles en ce monde
    qui soient nés
    pour accueillir
    en leurs âmes
    l’obscénité
    l’obscénité
    l’obscénité
    l’obscénité
    l’obscénité
    et s’en détourner
    et ne pas s’en détourner ?


    Samira Negrouche
    Septembre 2016
    Extrait de « Six arbres de fortune autour de ma baignoire »
    À paraître aux éditions Mazette le 1er Mars 2017

        Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Facebook Newsletter