Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  
Poète d'aujourd'hui

Michel Baglin


Biographie

Né à Nogent sur Marne en 1950, Michel Baglin est arrivé en région toulousaine en 1962. Il vit avec Jacqueline, Hélène et Serge aux portes de Toulouse et "au bord de la Garonne". Après la fac et de nombreux "petits boulots", il publie son premier recueil en 1974. Depuis, il pratique l'écriture sous différentes formes : journaliste depuis 25 ans, il a publié une vingtaine d'ouvrages : romans, poésie, nouvelles, essais, et a obtenu en 1988, pour "Les mains nues", le prix Max-Pol Fouchet, dont il est membre du jury international depuis 1992.

Romancier, il est aussi l'auteur de plusieurs recueils de nouvelles, de récits et de deux essais. Il a créé et animé la revue et les éditions Texture de 1980 à 1990. Il aime la marche, le vagabondage dans les rues, et s'efforce à ce que la vie et l'écriture soient le moins possible dissociées.

Participation à de nombreuses revues et anthologies (NRF, Ecole des loisirs, Vagabondages, L'Age d'Homme, Poésie 1, Sud, Brèves, Europe, Le Journal des Poètes, livres scolaires au Québec, anthologie en Roumanie, etc.)
Dossiers dans les revues Décharge n° 140 et Friches n° 104
Membre du jury international du prix Max-Pol Fouchet.
Membre du comité de rédaction de la revue Poésie 1.

Bibliographie

Poésie

  • De chair et de mots, Le Castor Astral, 2012
  • L'Alcool des vents, Cherche-Midi, 2004. Réédition par Rhubarbe éd. en 2010.
  • Les pages tournées suivi de L’Adolescent chimérique et de L’Etranger, poésie, éd. Fondamente, 2007
  • Les mains nues, L'Age d'Homme, 1998, préface de Jérôme Garcin.
  • L'obscure Vertige des vivants, Le Dé Bleu, 1994.


    Romans - Récits
  • La Balade de l’Escargot, éd. Pascal Galodé, 2009
  • Chemins d’encre, récits & carnets, éd. Rhubarbe, 2009
  • Les Pas contés, carnets de Cerdagne, récit Rhubarbe, 2007
  • Les Chants du regard, Poèmes sur 40 photographies de Jean Dieuzaide, éd.Privat, 2006
  • Lettre de Canfranc, éd. Rhubarbe, 2005
  • Entre les lignes , La Table Ronde, 2002
  • Un sang d'encre, N&B, 2001
  • Lignes de fuite , Arcantère, 1989

    Nouvelles
  • Des ombres aux tableaux, SPM, 1994 (épuisé)
  • Ruptures, Texture, 1986

    Essais
  • La perte du réel, des écrans entre le monde et vous, N&B, 1998 (Epuisé).
  • Poésie et pesanteur , Atelier du Gué, 1984, réédition augmentée en 1992
  • François de Cornière, Atelier du Gué, 1984

    Collectifs
  • Nous, la multitude, recueil collectif, Le Temps des cerises, 2010
  • Garonne, recueil collectif, Le Corbeau, 2010
  • La Femme est un songe, recueil collectif, éd. L’Aiguille, 2010
  • Ton monde est le mien, recueil collectif Atelier Imaginaire, éd. Le Castor Astral, 2009
  • Les Riverains du feu, anthologie, éd. Le Nouvel Athanor, 2009
  • Les mots de l’exil en mémoire,, recueil collectif, éd. Privat, 2007
  • Raffuts, recueil de nouvelles collectif. (Le Corbeau éd.) 2006
  • Sang pour sang Toulouse, recueil de nouvelles collectif, éd. Le Corbeau, 2001
  • Quelques songes de Prométhée, recueil collectif, éd. Du Rocher, 2001
  • Toulouse sang dessus dessous, recueil de nouvelles collectif, Loubatières éd., 2001
  • 13, rue Carençà, roman collectif, éd.du Ricochet, 2000
  • Garonne en Pays toulousain, album collectif, éd. La Part des anges, 2000


  • Actualité

    Nouvelle(s) parution(s)

    Un présent qui s'absente Editions Bruno Doucey (2013)
    De chair et de mots Le Castor Astral (2012)

    Autres parutions présentées sur ce site

    Les pas contés Rhubarbe (2007)
    L'alcool des vents Le Cherche-Midi (2004)

    + Consulter les archives


    Extrait
    Corvée d'eau

    Elle auront patienté des heures, des jours au milieu des cruches et des bonbonnes, assises sur un sac ou sur la pierre, écoutant les fontaines du temps abreuver le silence des places, l'été sous les arbres, quand l'eau promet au Sud sa fraîcheur.
    Toujours ici cette besogne fut la leur. Parce qu'elles ne savent plus qu'attendre. Entre les bêtes et les gens, la vieille familiarité de choses rondes comme des outres. Parce qu'elles ne savent plus qu'attendre, avec derrière elles des charrettes, des gosses, d'autres femmes, les manèges laborieux de la poussière et de la pauvreté. Parce qu'elles ne savent plus que se parcheminer sous le fichu noir des paysannes. Et là, comme autour d'un feu, absorbées par le chant de la flamme liquide qui danse sur les jarres, remplir le jour de leur possible éternité.

    Inédit, sur une photographie de Jean Dieuzaide "Le Temps qui s'écoule"

        Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Facebook Newsletter