Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  
Poète d'aujourd'hui

Franck Venaille


Biographie

"Je décidai de devenir cheval flamand, de hennir, de penser et d'écrire dans cette langue". Pour autant, il n'en donne pas moins depuis trente année une oeuvre en langue française qui marque, par sa diversité, sa densité et la vérité âpre de sa parole. Et du football - considéré comme un cérémonial initiatique - à la guerre d'Algérie, de la peinture à l'opéra, de Trieste à l'Escaut et l'Engadine, de Saba et Morhange à Jouve, Venaille avance dans sa vie d'homme, assez menacé mais indéfectiblement vivant. A reçu pour l'ensemble de son oeuvre le Grand prix national de la poésie 2017.

Bibliographie

  • Requiem de guerre, éditions du Mercure de France, 2017
  • La bataille des éperons d'or, Mercure de France, 2014
  • La descente de l'escaut Gallimard, 2010
  • Algéria, Melville éditions/ Editions Léo Scheer, 2004
  • Chaos, Mercure de France, 2006
  • Ça, Mercure de France, 2009
  • C'est à dire, Mercure de France, 2009
  • Tragique, Obsidiane, 2001
  • Le tribunal des chevaux, L'arbalète-Gallimard, 2000
  • Capitaine de l'angoisse animale, Obsidiane - Le temps qu'il fait, 1998
  • Ecrire contre le Père, Ed. Jacques Brémond, 1996
  • La descente de l'Escaut, Obsidiane, 1995
  • L'homme en guerre, Paroles d'Aube, 1995
  • La halte belge, Cadex Ed., 1994
  • Pierre Morhange, Seghers, 1992
  • Le sultan d'Istamboul, Salvy, LMes Ecrits des Forges, 1991
  • K.L.A.S.E.N, opéra en trois actes et quinze scènes, Marval, Galerie Fanny Guillon-Lafaille, 1989
    Les grands opéras de MOzart, Imprimerie NAtionale Editions, 1989
  • Umberto Saba, Seghers, 1989
  • Opera buffa, Imprimerie nationale, littérature,1989
  • Cavalier/cheval, Le Castor Astral, Les Ecrits des Forges, 2003
  • Trieste, Champ vallon, 1985
  • La tentation de la sainteté, Flammarion, 1985
  • La procession des pénitents, Monsieur Bloom, 1983
  • Jack-to-Jack, Luneau-Ascot éditeurs, 1981
  • La guerre d'Algérie, Les éditions de Minuit, 1978
  • Noire Barricadenplein, Orange Export Ltd, 1978
  • Construction d'une image, Seghers, 1977
  • Caballero Hôtel, Les Editions de Minuit, 1974
  • Deux, en collaboration avec Jacques Monory, tirage à part, 1973
  • Pourquoi tu pleures, dis pourquoi tu pleures ? Parce que le ciel est bleu...Parce que le ciel est bleu ! PJO, 1972, Atelier La Feugraie, 1984
  • L'apprenti foudroyé, PJO, 1969, Ubacs, 1986, Les Ecrits des Forges, 1987
  • Papiers d'identité, PJO, 1966

    Essais
  • C'est nous les Modernes, Flammarion, 2010
  • Pierre Jean Jouve, l’homme grave par Franck Venaille, Jean-Michel Place, 2004


  • Actualité

    Nouvelle(s) parution(s)

    La bataille des éperons d'or Mercure de France (2014)

    Autres parutions présentées sur ce site

    C'est à dire Mercure de France (2012)
    C'est nous les Modernes Flammarion (2010)
    La descente de l'escaut Gallimard (2010)
    ça Mercure de France (2009)
    Chaos Mercure de France (2006)
    Pierre Jean Jouve, l’homme grave par Franck Venaille Jean-Michel Place (2004)
    Algéria Melville éditions/ Editions Léo Scheer (2004)

    + Consulter les archives


    Extrait
    Je suis un homme floué.
    La mort, la maladie, ont sonné à ma porte.
    Je sens leur impatience et, très souvent, je la comprends.
    Je leur demande encore un petit, un peu, un petit peu de temps si précieux. Non pas pour faire l'âne devant les doctes assemblées.
    Mais afin de mieux comprendre ce qui m'échappe encore:
    Le sens de la vie, la place exacte que prend le sexe dans cette aventure minimaliste.
    Je ne suis pas membre d'une confrérie d'orgueilleux.
    Mais je sais ce que sont exactement les livres que j'écris.
    Malgré tout, je suis cet homme que la vie a floué.

    Paris, mon beau Paris, zl faudra bien qu'un jour l'homme en noir descende en gare du Nord, s'arrête
    Au rendez-vous des Belges, mette une croix face à mon nom sur son carnet douteux.

    Paris, mon beau Paris, vous serez mon témoin.
    Je vous ai aimé et si j'ai passé tant de nuits dans tant de capitales, c'était !
    Les mots se doivent d'être justes.
    C'était !
    Pour le goût des rencontres peut-être.
    Un détaIl baroque sur la Place d'Armes.
    La découverte d'un pont suspendu.

    Paris, mon beau Paris, je m'adresse à vous dans l'urgence.
    Voyez, je suis fatigué.
    A la violence de la maladie s'ajoute désormais celle de la médecine.
    Faites, s'il vous plaît, en une nuit, exploser tous les
    Services de Neurologie de vos
    hôpitaux.
    J'y gagnerai du répit, faites-le, c'est en votre pouvoir!

    Je suis cet homme qui se sent floué et tape du poing sur les portes à s'en briser les phalanges
    .

    Autres poèmes
  • Novembre
  • Douleur que j’ai aimée, dis-je...
  • La mort une fois mise en terre

  •     Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Facebook Newsletter