Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  
Poète d'aujourd'hui

Marc Delouze


Biographie

Né à Paris. Vit à Montmartre. Poète et voyageur « par la force des choses ». Premier recueil en 1971, Souvenirs de la Maison des Mots, (précédé de Par manière de Testament, d'Aragon). Silence éditorial d'une vingtaine d'années, afin d'échapper au « masque poétique ». En 1982, crée l'association Les Parvis Poétiques qui organise des événements, des festivals, des lectures, des spectacles... Cofondateur et directeur littéraire du Festival « Les Voix de la Méditerranée » (Lodève), de 1998 à 2000.

Bibliographie

Poésie

  • Epouvantails, Lanore/littérature, 2002
  • T'es beaucoup à te croire tout seul, La passe du vent, 2000
  • Yeou - Piéton des terres, poème (La passe du vent, mars 2007)
  • Des poètes aux Parvis, une anthologie amicale de 74 poètes, avec un récit des 25 ans des Parvis Poétiques (Le passe du vent, juin 2007)

    Essais, récits
  • C'est le monde qui parle, Verdier, 2007
  • Dames de Chœurs, le bruit des autres, 2004
  • Rue des martyrs, le bruit des autres, 2003
  • La Diagonale des Poètes, La passe du vent, 2002
  • L'homme qui fermait les yeux sans baisser les paupières, Le bruit des autres,
  • T'es beaucoup à te croire tout seul, La passe du vent, 2000.


  • Actualité

    Autres parutions présentées sur ce site

    L'homme qui fermait les yeux La lune bleue (2012)
    Yeou, piéton des terres La Passe du Vent (2007)
    Des poètes aux parvis La Passe du Vent (2007)

    + Consulter les archives


    Extrait
    Art poétique

    Je suis poète par la force des choses
    Par la force des mots notre main sur les choses
    Par la force des liens qui m'unissent aux choses
    Pour chaque chose un lien
    Pour chaque mot une main
    De multiples aspects revêt la paume
    et ses secrets
    S'inscrivent en statues comme bouddhas énigmatiques
    De théorique en théorique l'ongle a peine à tracer
    La zébrure du temps qui passe

    et me menace la fêlure des mots
    comme la fragilité d'un papier consumé


    Texte fondateur du festival Les VOIX de la MEDITERRANEE :
    La Méditerranée est une bouche.

    Entre lèvres et commissures monte le chant d'une Babel éblouissante.
    La Méditerranée dit le multiple et l'unité.
    Entre ces rives se prononce le meilleur comme le pire.
    Mélopée multiple depuis les origines, clameurs tragiques ou unissons de joie, entre accords et dysharmonies, suivant les moments de l'histoire, cette bouche ne fut jamais silencieuse.
    Aujourd'hui moins que jamais.
    L'ailleurs n'est pas ailleurs, il est ici.
    Toutes les voix parlent de nous.
    Tendons l'oreille à ceux dont nous pensons qu'ils n'ont pas de voix : notre voisin, notre cousin, notre étranger.
    Car qui n'écoute pas ne comprends pas, et qui ne comprend pas s'effraie, la haine le frôle, il s'y abandonne parfois.
    Celui qui n'entend pas la voix de l'autre se protège, fait rempart de son silence, se réfugie dans la méfiance...
    Il nous revient de prendre le risque d'une pédagogie de l'écoute, une thérapie des oreilles.
    La Méditerranée est notre bouche à tous : qu'elle clame au ciel le désir de beauté sans laquelle il n'est pas de vie qui vaille - fut-elle tragique !


    Autres poèmes
  • L'amour ce n'est pas
  • Survivre à Charlie Hebdo

  •     Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Facebook Newsletter