Logo PDP    
     
Moteurs de recherche    
Poète d'aujourd'hui

Philippe Beck


Biographie

Philippe Beck est né à Strasbourg en 1963. Maître de conférences en philosophie à l'Université de Nantes (en 1995).

Bibliographie

  • Chants populaires, Flammarion, 2007
  • Beck, l'impersonnage, rencontre avec Gérard Tessier, Argol, 2006
  • Elégies Hé., Théâtre Typographique, 2005
  • Garde-manche deux, Textuel, 2004
  • Aux recensions, Flammarion, 2002
  • Poésies didactiques, Théâtre Typographique, Courbevoie, 2001
  • Inciseiv, MeMo, Nantes, 2000
  • Dernière mode familiale, Flammarion, Paris, préface de Jean-Luc Nancy, 2000
  • Crude Marivaux, Cambridge, Angleterre, 1999
  • Selected poems, Equipage, Cambridge, Angleterre, 1999
  • Le Fermé de l’époque, Al Dante, Paris, 1999
  • Rude merveilleux, Al Dante, Marseille, 1998
  • Verre de l’époque Sur-Eddy, Al Dante, Marseille, 1998
  • Chambre à roman fusible, Al Dante, Marseille, 1997
  • Garde-manche hypocrite, Fourbis, Paris, 1996


  • Actualité

    Nouvelle(s) parution(s)

    Opéradiques Flammarion (2014)

    Autres parutions présentées sur ce site

    Chants populaires Flammarion (2007)
    Beck, l'impersonnage, rencontre avec Gérard Tessier Argol (2006)
    Elégies Hé. Théâtre Typographique (2005)
    Garde-manche deux Textuel (2004)
    Aux recensions Flammarion (2002)
    Poésies didactiques Théâtre Typographique (2001)
    Inciseiv MeMo (2000)

    + Consulter les archives


    Extrait
    Poème liminaire

    Si un moi ne commence pas,
    c'est à cause de l'ensemble
    des préoccupations fortes
    qui font et défont
    l'histoire de quelqu'un
    dans l'histoire de quelques-uns
    dans l'histoire de beaucoup,
    et pas dans celle de tous.
    Car un quelqu'un diffère
    de la somme des entretiens possibles
    avec tous
    (le grand Moi est absent
    a priori aussi, et
    le moi et le toi ordinaires
    font des efforts
    pour devenir un Toi
    avant l'arrivée supposée
    au grand Moi
    qui n'existe pas) ;
    les discussions commencent
    à cause des discussions.
    Ce qu'il faut dire
    n'est pas déjà dit
    dans le cerveau de l'individu,
    ni dans le Collectif,
    mais il se dit à cause
    de la discussion
    qui invente la nécessité
    tout autour des cerveaux
    et des coeurs.
    Et le monde n'est pas le brouillon
    général négatif.

    Extrait de : Poésies didactiques, Théâtre Typographique, Courbevoie, 2001.

    Logo Ministere Culture Logo CNL Logo Sofia Separateur Facebook Facebook Mediapart Newsletter