Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  
Retrouvailles

Jamel Eddine Bencheikh


Biographie

(1930- 2005)
Poète algérien. Professeur de Littérature arabe médiévale et de Littérature comparée à Paris IV-Sorbonne.
Il a écrit de nombreux recueils de poésie publiés chez Rougerie, Jacques Brémond et Tarabuste; ce dernier a publié le premier volume de l'œuvre poétique complète en 2002.

Bibliographie

Publications

  • Métamorphose de la mort, Tarabuste, 2010
  • Poésie, Œuvres complètes Tarabuste, 2002
  • Failles fertiles du poème, Tarabuste, 1999
  • L’Aveugle au visage de grêle adapté et mis en scène en 2003 par le poète Lionel Mazari, Jacques Brémond, 1999
  • Achour, Chritiane, L'Harmattan, 1998
  • Poétique arabe : essai sur un discours critique, 1998
  • Rose noire sans parfum, roman, Paris, Stock, 1998)
  • Cantate pour le pays des îles, Marsa Éditions, Paris, 1997
  • Parole montante, Tarabuste, 1997
  • Lambeaux, Paris, 1995
  • Déserts d'où je fus, Tétouan, 1994
  • Alchimiques, Dessins de Sarah Wiame, Poëgram, 1991
  • Transparence à vif, Rougerie, 1990
  • Le Voyage nocturne de Muhammed, suivi de l’Aventure de la parole, 1988
  • Les Mémoires du sang, Rougerie, 1988
  • États de l'aube, Rougerie, 1986
  • L'Homme poème, Actes Sud, 1983
  • Le silence s'est déjà tu, Rabat, SMER, 1981
  • Sourate d'al-Kahf. Neuf traductions du Coran, Analyses Théorie, 1980
  • Le rationalisme d’Ibn Khaldoun, 1965
  • Les poésies bachiques d’Abû Nuwâs, 1964

  • Actualité

    Autres parutions présentées sur ce site

    Métamorphose de la mort Tarabuste (2010)
    Cantate pour le pays des îles Marsa (2003)
    Poésie, Œuvres complètes Tarabuste (2002)

    + Consulter les archives


    Extrait
    Je voudrais que l'élan soit semence
    Lacérant les apparences
    Dépolissant le faux enduit

    Voilant tout essai d'imposture
    Renaissant à chaque rencontre
    Ouvrant poème à frénésie

    Insaisissable serait l'envol car
    Que me sont ces remugles vains
    Qui prétendent joindre mes mains

    Vers une utopie qui me nie
    Quand sous ma peau le sang blêmit ?
    Je voyagerai donc immobile

    Jetant ma défroque à la cendre
    Emmêlant l'endroit et l'envers
    Pour relancer mes mots bleuis

    Dans la profondeur qui engendre
    La marée du sens Rien de nouveau
    N'ai à dire Ni à entendre

    Autres poèmes
  • No Pasaran

  •     Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Facebook Newsletter