Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  
Retrouvailles

Marc Porcu


Biographie

Marc Porcu, poète et traducteur.

D’un père sarde, d’une mère sicilienne, naissance en 1953 en Tunisie. Mort en 2017.
Instituteur spécialisé auprès d’enfants et d’adolescents en difficulté. Vivait et travaillait à Lyon. A animé pendant vingt ans la revue « Les cahiers de poésie-rencontres » dans la quelle il a présenté de nombreux poètes du monde.
Participait à des lectures en France et à l’étranger accompagné de musiciens de jazz.
En 2004 il participe comme poète au projet « des mots dans la musique » avec les musiciens Louis Sclavis et Antonello Salis et le comédien Jean Sclavis.
Il animait des ateliers d’écriture pour tous les publics. Il a collaboré avec la compagnie de danse Michel Hallet Eghayan, pour laquelle il a écrit le texte de la création 2004 « Le danseur de la lune ».
Il a obtenu en 1991 le prix EUROPEA de poésie à Pise .
Il a reçu en 2004 la bourse d’aide à la traduction de l’ARALD. Il était secrétaire de la l'assocation Pandora à Villeurbanne.

Bibliographie

En revues : le journal des poètes, l’arbre à paroles, la bartavelle, verso, aube magazine, bacchanales, les cahiers de poésie-rencontres, i rouge, parterre verbal.
salpare, arte stampa, sud, (Italie)…..

Recueils :

  • En filigrane sur la nuit, la passe du vent, 2002
  • Visages et mots d’avant l’oubli, la bartavelle, 1998.
  • Esquisses et masques pour un visage unique, l’arbre à paroles, 1995
  • Sull’ala dei sogni,nemapress,Italie, 1994.
  • L’aile apostrophe, l’arbre à paroles,1993.
  • Pierre intacte, le pré de l’âge, 1990.
  • Les pélerins du souffle dans une banlieue du monde, la bartavelle, 1990.
  • Sous la pression des mots, l’arbre à paroles, 1989.
  • Du fleuve aux lèvres, la bartavelle,1989.
  • Mémoires de l’exil , poésie-rencontres, 1984.

    Ouvrages collectifs :

  • « j’ai embrassé l’aube d’été » sur les pas d’Arthur Rimbaud, la passe du vent, 2004.
  • Actes de naissance(sur « je naquis au Havre » de Raymond Queneau), la passe du vent, 2003.
  • Jusqu’au printemps des mots (avec Roger Dextre et Patrick Laupin) la passe du vent, 2002.
  • Méditerranée d’une rive à l’autre, éditons de la renaissance, 2000
  • 6 poètes en quête de siècle, Editions Bérénice, 1999.
  • 101 poèmes et quelques contre le racisme, le temps des cerises, 1998.
  • Per Gramsci, un racconto, una lettera, Italie,1998.
  • Les mots du refus en rhône-alpes à l’heure du mensonge, collectif d’éditeurs,1998.

    Marc Porcu est aussi traducteur de poètes et de romanciers italiens.


  • Actualité
    + Consulter les archives

    Extrait
    Une autre chanson
    ou
    Pour l’idéal`

    à Francis. Chenot
    à Achille Chavée

    C’est la course infernale contre le mur du son
    Les portes de l’enfer sont sorties de leurs gonds

    Les damnés font la quête en patins à roulettes
    Ils poussent devant eux des landaus en lambeaux

    L’enfance est expulsée de la chronologie

    Des société-écrans ont vendu sa vertu
    Aux salauds virtuels par-dessus les frontières

    Tous les champs de napalm s’abreuvent de coca
    La neige mord les destins au creux de leur déveine

    Les étoiles chaque automne flétrissent nos mémoires

    Elles jaunissent à jamais tous nos signes de croix
    Et le Klan crucifie la voix de Luther King

    Les minarets saignent quand s’annonce le soir
    Où les prêcheurs se penchent au bout de leurs couteaux

    Les snipers ont samplé au balcon des balkans
    Le rap a dérapé dans la paraplégie

    La haine s’est déchaînée dans l’encéphalographe
    Le cathodique sexe fait grimper l’audimat

    Les poèmes s’impriment bien moins que les euros
    L’espéranto du fric est un nouveau credo

    Et les lames de fond nous laissent sur les berges
    Où les fleuves rougissent du sang de nos semblables

    Chômage dans les chaumières aux murs paraboliques
    Le capital dégraisse ses esclaves à la chaîne

    Le patrimoine s’affiche en friche industrielle
    Le théâtre a pour charge ce vide ornemental

    On préfère les missiles aux missives
    Et mi-figue mi-raisin on poursuit son chemin

    Fin de siècle est le titre d’un opéra comique
    Et les space girls en sont les muses supersoniques

    Le poète a pour tâche de sauver quelques mots
    quelques mots qui peut-être sauveront quelques peaux

    Au mot RACE

    synonyme de séisme mental

    Je préfère ESPECE à douceur animale
    Le sein des femmes aux saintes femmes
    Le rêve aborigène aux trafiquants de gènes

    Et si la régression poétique est un agression
    Contre l’ordre de ce monde bientôt nouveau
    Alors régressons
    J’attends comme le disait Rimbaud
    “J’attends de devenir un très méchant fou”

    Patience je vous quitte
    Et je vous laisse comme aurait dit Baudelaire
    “......ces beautés de vignettes, produits avariés nés d’un siècle vaurien....”

    Je vous laisse

    Cramer des calories c’est un bel idéal
    Une idéologie pour néolibéral.

        Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Facebook Newsletter