Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  
Poète d'aujourd'hui

René Ferriot


Biographie

Né en 1920. Licencié en philosophie, DES allemand (Büchner et Hölderlin), CAPES Lettres, Docteur ès Lettres (d'Etat) en littérature comparée (Thèse sur Mallarmé et Rilke).
Longs séjours à l'étranger : Allemagne, TUnisie, Iraq, Cameroun, Bénin, Sénégal (8 ans à l'université de Dakar avec Léopold Sédar Senghor).
Direction de centres culturels.
Peintre (nombreuses expositions)

Bibliographie

  • de rien masquée une ombre, Gril, 2008
  • 50 ans de poésie, anthologie, Feel, 2002
  • Péril des Ravines, Libr Racine, 1999
  • Soleil enfoui, La Bartavelle, 1997
  • Servitude des ouragans, ed. Arcan, 1994
  • L'usure du vent, ed. Arcan, 1991
  • Lumière de Neige, ed. Arcan, 1989
  • Genèses, ed. Saint Germain des Prés, 1985
  • Les baobabs, ed. Saint Germain des Prés, 1979
  • Tambours de la pluie, ed. Saint Germain des Prés, 1978
  • Majesté dans son cri, ed. Saint Germain des Prés, 1978
  • Lances oubliées, ed. Millas-Martin, 1970
  • Désertiques, ed. Millas-Martin, 1967
  • La flamme et le givre, Ed. Millas-Martin, 1961
  • De Pierre et de bois, ed. Seghers, 1954


  • Actualité

    Autres parutions présentées sur ce site

    Orbe suivi de L'apparence du temps Librairie Galerie Racine (2007)
    Poèmes. Regard d'Eurydice La Bartavelle (2005)

    + Consulter les archives


    Extrait
    Au bord des mots,
    au bord des fleuves qui traversent le temps,
    près des arbres d'éternité,
    le frêne aux racines tenaces
    repeuple les secrètes balmes
    où des soupirs perdus composent
    la musique des forêts profondes.

    Tombe le vent, tombe le temps,
    écoute le frisson des brises
    qui recommence sans qu'on sache
    les respirations et les souffles
    des amours inespérées.

    Ce que tu ne comprends pas
    se mêle au sommeil des enfants,
    au secret lourd et pur
    des germinations.

    Un arbre peut dire
    par la cambrure de ses branches
    s'il est tendre ou s'il est dur,
    Le tilleul fleurit doucement
    et son bois incline sa ramure,
    mais l'homme ferme sa bouche
    et l'angoisse l'étreint,
    en gestes inutiles
    à moins qu'un poète
    ne dise pour les autres le cri
    et la prière qui modifie
    le chant sauvage
    de l'épervier qui siffle,
    ou le soupir affaibli des hulottes,
    la nuit, la mort
    des enfants martyrisés.

    Chante si tu le peux et verse quelques larmes,
    les anges emporteront cette rumeur
    jusqu'aux astres où résident les âmes voyageuses
    pour composer la lamentation qui demeure.

    Dans la chair du tendre tilleul
    palpite le sommeil du monde.

        Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Facebook Newsletter