Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  
Poète d'aujourd'hui

Claude Confortès


Biographie

Après des études de lettres, la préparation d'une licence à la Sorbonne et la publication de plusieurs livres de poèmes, il entre en 1956 à l'Ecole d'Art Dramatique Charles Dullin où Jean Vilar l'engage au TNP. On le trouve ainsi dans Marie Stuart, Le mariage de Figaro, L'avare, La paix, etc.
Un acteur est né, qui se produira beaucoup tant au théâtre, au cinéma qu'à la télévision.
Le "coup de foudre" avec Brecht, son "idole", a fait naître en quelques années, une cinquantaine de créations: pièces de théâtre, opéras, comédies musicales, émissions de radio, de télévision, films longs et courts, recueils de poèmes, un oratorio, des opéras, de multiples conférences et la création d'une compagnie théâtrale qui a assuré plus de 5000 représentations à travers le monde.

En 1966, il fonde le Centre de Création Contemporaine avec lequel il a présenté une trentaine de pièces inédites de langue française aussi bien en France qu'à l'étranger. Point commun: l'humour, noir de préférence, mais toutes les couleurs du rire sont les bienvenues ici.
1968, rencontre avec la bande-dessinée et notamment Wolonski qui sera déterminante. S'en suivront des collaboration avec Reiser, Siné, Moebius, ...
Claude Confortès est l'auteur d'une quarantaine de pièces, dont une vingtaine publiées et une trilogie restée dans les mémoires: Le Marathon (Gallimard), La plaie, Le Gisant.
Défenseur de la langue française, du théâtre contemporain comme des classiques, de l'humour tous azimuts, chantre du verbe et du bon mot, caméléon des Arts et Lettres où il est d'ailleurs passé Officier, ainsi que Chevalier dans l'Ordre National du Mérite.

Bibliographie

Poésie

  • Louise, éditions Séguier, 2006
  • Louise, Atlantica -Séguier, 2004
  • Le Gisant, grand prix des Poètes en 2003, Sacem, éditions Séguier, 2002
  • La plaie, Dumerchez, 2001
  • Aragon parmi nous, éditions Cercle d'art, 1997 (ouvrage collectif)
  • Les mots ont un secret, Revue Sud "Pour Jean Digot", 1985
  • Le Lien, éditions Mario Bois, 1977
  • "3", éditions Maurice Gasquet, 1965
  • Suite concrète, La Presse à bras (Vincent Monteiro), 1955
  • Esprit de suite, éditions PJ. Oswald (collection Janus), 1954

    Essais
  • Lettre à une jeune actrice, Melville, éditions Léo Sheer, 2004
  • Répertoire du Théâtre contemporain de langue française, éditions Nathan-Armand Colin, 2000
  • Michel Seuphor: l'Ephémère est éternel, éditions Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, 2000
  • 50 pièces pour connaître le théâtre africain de la langue française, éditins Afrique en création, 1997
  • 241 pièces contemporaines de langue française, Imprimerie Nationale, 1994
  • Brecht après la chute, L'Arche éditeur, 1994
  • Lettres à la Révolution, édition Les Trois Cailloux, 1989
  • Leur tout première fois, éditions du Rocher, 1988
  • Le nouveau théâtre français contemporain, Revue Arte Nuevo, 1978



  • Actualité

    Autres parutions présentées sur ce site

    Louise Atlantica -Séguier (2004)

    + Consulter les archives


    Extrait
    Ma femme

    Ma femme, je men souviens quand je l'ai rencontrée,
    C'était un dimanche au bord de l'eau.
    Je m'en souviens comme si je le voyais là, sous mes yeux.
    Le soleil dans la rivière.
    La rivière et ses bruits verts.
    Les cris des poules d'eau et des chouettes
    Les nids d'amour dans les taillis

    Je t'aime mon amour
    Je t'aime
    pour la vie.

    L'orchestre sous la tonnelle
    Le vin blanc, le beaujolais.
    Les pêcheurs en canotier.
    Les jeunes filles en décolleté.

    Je t'aime mon amour
    Je t'aime
    pour la vie.

    Dans les herbes et les roseaux,
    la lumière joue avec les eaux.
    Les barques, les pontons,
    Les bouleaux, les peupliers.
    Iles, des îles, des îles, ...

    ô froideur,
    ô chaleur,
    ô douceur!

    La berge brille comme un miroir d'argent.
    Nos corps y sont allongés comme des pierres.
    Nous ne sommes plus sur terre.
    Nous voguons sur la verdure de l'île.

    Ombres d'ormes et de néfliers.
    Tout s'irise, plane et se dore,
    tout s'évapore.
    Oiseaux trilles, grillons, insectes bruisseurs,
    brise de rivière, rumeur feuillue des branches.
    Clapotis de l'eau sur le bois des barques.
    Murmures des herbes et des roseaux.

    Je t'aime mon amour
    Je t'aime
    pour la vie.

    Les corps oubliés,
    nous n'étions plus que deux âmes
    se frôlant des ailes.

    C'est beau l'amour!

    Oui, c'est beau.
    C'est comme si le temps s'arrêtait.
    Le temps, c'est-à-dire la mort.
    Oui, c'est çà,
    on ne vieillit pas quand on aime.

    On ne meurt pas.

    Autres poèmes
  • Tu es là

  •     Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Facebook Newsletter