Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  
Poète d'aujourd'hui

Halina Poswiatowska


Biographie

Halina Poswiatowska, de son nom de jeune fille Myga, est née le 9 juillet 1935 à Czéstochowa, non loin de Cracovie. En 1958 elle débute avec un premier recueil de vers intitulé Hymne idolâtre. Cette année-là elle subit sa première opération du coeur. Elle publie encore deux recueils de poèmes, Le jour d'aujourd'hui, en 1963, et Ode aux mains, en 1966, ainsi qu'un tome de prose, Récit pour un ami, en 1967. Halina Poswiatowska est morte le 11 octobre 1967, quelques jours après une deuxième opération du coeur. Un recueil de vers posthume est paru en 1968, intitulé Encore un sowyenir, en 1975, les Editions Littéraires de Cracovie (WydawnictWo Literackie) publient un Choix de poèmes qu'elles rééditent en 1989. Puis en 1997-98, paraissent à Cracovie, chez le même éditeur Les oeuvres complètes en trois volumes. Halina Poswiatowska traduisit également de l'anglais et du français des poètes comme Joseph Margolis, Lawrence Ferlinghetti, Ezra Pound, Paul Eluard et Jacques Prévert entre autres. Elle fit un voyage en France, assez bref, un an avant sa mort. Huit ans plus tôt elle était partie pour les Etats-Unis, à une époque où il était quasiment impossible de sortir du pays, afin d'y subir sa première opération du coeur. Elle avait mis à profit son séjour pour suivre, malgré une santé chancelante, des études de philosophie à l'Université, dans un « Collège » pour jeunes filles. C'est ainsi qu'elle avait appris l'anglais, en commençant par Shakespeare et les philosophes. De retour en Pologne, elle enseigna, pendant le répit que lui accorda sa maladie, la philosophie à l'Université jagellone de Cracovie. Outre ses poèmes, son récit en prose et ses traductions, Halina Poswiatowska laissa une importante correspondance dont la plupart est adressée à sa mère. Ces lettres renferment nombre d'observations et de réflexions philosophiques ou intimes qui soulignent et éclairent le lien tout à fait particulier qui se noue entre sa poésie et la vie. Elles témoignent d'une certaine distance par rapport àla vie, distance du malade tenu à l'écart de la vie, distance imposée par la solitude, distance du poète, mais elles disent aussi sans relâche la passion pour la vie, physique, concrète, malgré tout, malgré la souffrance et la peur. La poésie de Halina Poswiatowska est intrinsèquement liée à la vie, physique, à son aspect biologique, concret sensuel. Elle est marquée par l'expérience individuelle de la maladie et de la douleur, douleur physique autant que morale, douleur causée par les crises du coeur, l'organe vital, qui menace de lâcher à tout instant et hantise de la mort. Cette expérience rend plus aigu chez ce poète le sentiment de la précarité de l'existence humaine, de la fragilité de la vie en même temps que de la beauté de la vie. poésie dit la débordante réalité en se concentrant sur les thèmes universels et éternels de l'amour, de la mort du corps, ce corps qu'elle chante en en soulignant la vulnérabilité et la force, le caractère périssable. La fugacité du temps humain, qui obsède le poète, est évoquée par la référence explicite à Héraclite ou des images ancrées dans la culture classique soutenant l'observation, l'investigation des éléments premiers de l'Univers. Ainsi l'eau et le feu, ces deux modes de l'être et du temps, articulent le monde et constituent une manière de s'y inscrire, dans une vue encore héraclitéenne. Le fleuve d'Héraclite emporte avec lui toutes choses dans un grand écoulement universel. Le feu embrase et consume. Le poème s'élabore à partir d'une cosmologie, ou plutôt il met àl'oeuvre une cosmologie qui a pour fondement la catégorie du devenir en tant qu'instabilité essentielle, comme procède le feu toujours vivant du penseur grec, celui qui apprend àchacun et au poète à mourir à chaque instant. Halina Poswiatowslça, qui reprend à Héraclite le motif du feu dévorant, de la consumation, de l'embrasement ou de l'éclaircie cosmique, lueurs, étoiles, illumination, choisit l'amour comme élément central dévorant à l'oeuvre au coeur du poème. Maints poèmes célèbrent l'admiration pour le corps tout en disant inlassablement la douleur enfermée dans ce corps. Le corps est le lieu d'un combat pour la vie, il n'est pas un lieu de la déchéance, il est toujours adoré, adulé, objet d'examens attentifs, en profondeur, objet de soucis et finalement prétexte à une réflexion poético-philosophique sur l'existence. Une telle réflexion n'est d'ailleurs pas dépourvue d'ironie, de dérision à l'égard du corps souffrant lui-même, et elle témoigne de la distance que prend le poète par rapport à sa propre vie. Chez elle, l'expérience de la maladie et de la souffrance, la hantise de la mort ont donné lieu à une poésie poignante et lumineuse, empreinte d'un érotisme subtil dans et par lequel s'affirme l'amour de la vie. Le corps est cette chose fragile et sensible, dotée d'énergie pour aimer, percevoir le monde concret de l'ici-maintenant vibrer et souffrir, doté d'intelligence aussi , car la prise de conscience de la condition humaine, à la fois individuelle et universelle passe par le corps. Le corps prend conscience. Au cours d'une vie rythmée depuis l'enfance par les crises et les séjours à l'hôpital, au sanatorium... De poème en poème un véritable culte est voué au corps qui devient un temple, une église ou une cathédrale. Objet et lieu de culte, le corps est aussi le lieu où la souffrance prend place, mais elle est alors transfigurée. Ainsi, le corps, si minutieusement examiné au dedans comme au dehors, se fait l'objet d'un incessant questionnement métaphysique, il établit le lien entre l'exploration philosophique de la notion de temps, préoccupation essentielle chez Poswiatowska et la propre recherche poétique d'un temps dont la mesure est le rythme du coeur.

Isabelle Macor-Filarska

Bibliographie

mon ombre est une femme/ en ligne ce texte?
/j'ai découvert cela sur le mur/
/ses lignes ondulées souriaient/
/et l'oiseau des hanches aux ailes repliées/
/chantait sur la branche du sourire/
// /l'arbre en fleurs/
/paré de verts perroquets/
/à travers les ailes/
/la maturité orange dorée/
/le soleil sur les gouttes brille/
/sous la pluie/
/l'arbre droit et nu/
/mes lèvres entrouvertes mes seins/
// /la lune ascendante des cils a clignoté/
/puis s'est éteinte/
/quand tu as soufflé la flamme de l'allumette/
/et posé tes mains sur mes bras/
/mon ombre était une femme/
/avant de disparaître/
// Halina Poswiatowska, extrait de /Mon ombre est une femme/ (Caractères, 2004)

Actualité
+ Consulter les archives

Extrait
Mon ombre est une femme, Éditions Caractères, 2004

Autres poèmes
  • mon ombre est une femme

  •     Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Facebook Newsletter