56 lettres à un ami de Georges Perec

56 lettres à un ami de Georges Perec

Préface de Claude Burgelin
Avec un ensemble de fac-similés (32 pages)

« Au fil de ces lettres voici les humeurs au quotidien du parachutiste Perec – vingt-trois ans, 1959 – exilé à Pau (« la quille, bordel, la quille »). Des jaillissements et des fragments parfois déchiquetés (débuts ou fi ns de lettres qui manquent,
allusions devenues obscures). Et surtout les cheminements en zigzag autour de cette revue demeurée chantier mal échafaudé, horizon d’attente ou de rêverie, « La Ligne Générale ». Le lecteur pourra être déconcerté (peu d’aboutissements,
peu de continuités). Ou narquois (la guillotine intellectuelle tranche). Ou sollicité par l’impalpable courant de poésie issu de ces éclats de pensée empapillotés dans des jeux de mots, de ces titres de fi lms diversement vieillis. Ou requis par la lueur de
ces fl ammèches. Par la singulière énergie (le désir d’incendie ?) qui s’en dégage. Quelque chose qui a son prix, sans qu’il faille le mettre derrière une vitrine. Tout cela s’est écrit il y a un demi-siècle. Autant dire jadis. » Extrait de la préface de Claude Burgelin. Un document de premier plan au niveau intellectuel et
sur le plan humain. Beaucoup des traits du futur grand écrivain apparaissent dans ces lettres, à la fois libres et très écrites. Autant de fils conducteurs qui annoncent les livres comme « Les choses », mais aussi « La disparition ».

Paru le 1er décembre 2011

Éditeur : Le Bleu du ciel

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Sylvie Fabre G

Nos voix persistent dans le noir

Quelle parole
dépaysera nos mots
en de nouveaux vergers ?

Sylvie Fabre G., Nos voix persistent dans le noir, Éditions L’herbe qui tremble, 2021.