A l’aube du dernier jour artificiel de Christophe Mary

A l'aube du dernier jour artificiel de Christophe Mary

Si le poète dit beaucoup en peu de mots, le sens de son œuvre tient aussidans les mots qu’il n’a pasécrits, qui vivent dans l’ombre du poème. Christophe Mary est un géographe errant, il veut savoir ce que l’on voit lorsqu’on creuse longtemps sous l’asphalte. Les lieux qu’il parcourt sont sillonnés de routes réelles et d’espaces symboliques, voyage onirique qui ne cherche pas à rendre compte du réel, maisà en livrer une image dédoublée par l’œil du poète.

Christophe Mary est né à Caen et livre ici son premier recueil, où la simplicité des mots dévoile une complexité de la mémoire. Des corps traversent l’espace, et l’amour se cache dans leur sillage. Une poésie stupéfiante, à la beauté sombre et limpide.

Paru le 1er mars 2015

Éditeur : La renverse

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.