A la criée du temps de Pierre Desgranges

A la criée du temps de Pierre Desgranges

Puis sont venus les écorcheurs
pêcheurs des heures vives
aux navires interdits de nom
aux voiles noires écoutes gluées de suif
le temps jeté dans des filets de pêche
vendu en habit de putain morte maquillée
indifférente au râle vrillant la voute
le temps de notre amour vendu à la criée
comme un enfant d’Afrique qui n’y reviendra plus
J’ai couru vers les étals du temps hurlant
les pièces d’étain volaient autour de moi
les marins riaient gras j’ai couru la jetée
puait huile et mensonge j’ai couru ton visage
avait des reflets de sardine
j’ai tendu mes mains vers
tes écailles vertes
le reste je ne m’en
souviens
pas

Paru le 1er janvier 2010

Éditeur : L’échappée belle

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.