A la lettre, un alphabet poétique

Auteur : Bernard Friot

A la lettre, un alphabet poétique

Chaque texte de cet abécédaire semble donner corps et âme à ces signes familiers.
Bernard Friot réussit le pari d’éviter toute lassitude. C’est qu’il joue tour à tour sur de multiples aspects : forme de la lettre, sonorité, place dans l’alphabet. Les textes proposés s’amusent avec tous les registres (comique, tragique, absurde…) et tous les genres : certains sont des poèmes en prose, d’autres de petits drames ou des dialogues théâtraux.
Illustrations JF Martin.

Chaque lettre s’affirme comme un personnage à part entière :
Ainsi, le A joue de son statut de premier pour se prendre pour le chef :
« Au commencement il est là, le A.
Aussitôt il prend le commandement :
« Au pas, au pas, camarade, au pas ! »
Ah non, ça ne va pas, mon gars !
Tu n’es que le premier venu
une lettre comme les autres
un petit soldat de l’alphabet.
Tu n’es pas général, ni même lieutenant,
alors, mon petit a, rentre dans le rang !
Allez, allez, rompez ! »

Et le P en impose :
« On dirait une pancarte, un poteau, un panneau, planté là, en plein champ. Pour dire quoi ? Pour dire : « Pas touche ! N’approchez pas, passez votre chemin, petits galopins, sinon gare à vos popotins ! »
Non mais, pour qui il se prend, ce pantin prétentieux ? […] »

Paru le 1er janvier 2016

Éditeur : Milan

Genres de la parution : Recueil Jeunesse

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.