A qui parle Virginia en marchant vers l’eau ? de William Ospina

A qui parle Virginia en marchant vers l'eau ? de William Ospina

Traduit de l’espagnol (Colombie) par Tania Roelens.

William Ospina, né en 1954 en Colombie, dresse ici un tableau du XX è siècle : Nietzsche, Apollinaire, Kafka, Woolf, Picasso, en sont les figures emblématiques. Hess, Mussolini, Hiroshima, aussi…
Une tentative singulière de dire l’Histoire de notre continent et, à travers elle, de chanter la terre colombienne.

"Haïku d’Hiroshima"

Toutes les feuilles
de dix longs automnes
en un seul instant".

Paru le 1er décembre 2004

Éditeur : Cheyne

Genre de la parution : Version bilingue

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.