A qui parle Virginia en marchant vers l’eau ? de William Ospina

A qui parle Virginia en marchant vers l'eau ? de William Ospina

Traduit de l’espagnol (Colombie) par Tania Roelens.

William Ospina, né en 1954 en Colombie, dresse ici un tableau du XX è siècle : Nietzsche, Apollinaire, Kafka, Woolf, Picasso, en sont les figures emblématiques. Hess, Mussolini, Hiroshima, aussi…
Une tentative singulière de dire l’Histoire de notre continent et, à travers elle, de chanter la terre colombienne.

"Haïku d’Hiroshima"

Toutes les feuilles
de dix longs automnes
en un seul instant".

Paru le 1er décembre 2004

Éditeur : Cheyne

Genre de la parution : Version bilingue

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.