A qui parle Virginia en marchant vers l’eau ? de William Ospina

A qui parle Virginia en marchant vers l'eau ? de William Ospina

Traduit de l’espagnol (Colombie) par Tania Roelens.

William Ospina, né en 1954 en Colombie, dresse ici un tableau du XX è siècle : Nietzsche, Apollinaire, Kafka, Woolf, Picasso, en sont les figures emblématiques. Hess, Mussolini, Hiroshima, aussi…
Une tentative singulière de dire l’Histoire de notre continent et, à travers elle, de chanter la terre colombienne.

"Haïku d’Hiroshima"

Toutes les feuilles
de dix longs automnes
en un seul instant".

Paru le 1er décembre 2004

Éditeur : Cheyne

Genre de la parution : Version bilingue

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.