Aa, journal d’un poème de Caroline Sagot Duvauroux

Auteur : Caroline Sagot Duvauroux

Aa, journal d'un poème de Caroline Sagot Duvauroux

"Deuxième mot du Robert. À, c’est d’abord
Aa
1, symbole alchimique de l’amalgame, origine grecque
2, symbole de la juste pesée des mélanges, pas d’origine. Sûr, le partage !
3, le miracle Hawaïen : coulée de lave rugueuse à scories
Mais en vieux germain Aa c’est l’eau du fleuve

Dans tout le Bateau Ivre, il n’y a a que deux fois.
Le motif c’est toujours embarquer."

Caroline Sagot Duvauroux publie son cinquième volume chez Corti après Hourvari dans la lette, Atatao, Vol-ce-l’est et Köszönöm. Elle publie également chez Les Ennemis de paterne Berrichon.

Beaucoup d’entre nous cherchions à cimenter quelques
fragments pour cracher l’oeuvre magistrale / Le livre
à venir l’impossible le beau / Question vitesse de
fragmentation pas de problème / Magistrale / Pérenne /
À venir / Creuse ton crâne pauvre Yorrick / Sirote ton
humanité

Mais la littérature !

Entrer là / Planquer sous les mots fouettés jusqu’à
la lymphe / Pressés comme des furoncles / Sans le ciel
délivré / Les outils des géomètres le compas la poudre
bleue la patience et l’arpentage de l’apprentissage /
La barque avant pulvérisation par abordage /
Langue ouvre-toi qu’ouvrir claironne c’est pour toi / On
risque l’oeil à peine hors la paupière jusqu’au mur de
poussière / On rengaine / Instinctif / Dans la voix piaule
une prière

Paru le 1er novembre 2007

Éditeur : José Corti

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.