Absenta

Auteur : Marie Huot

Absenta

par la voix de ma soeur, par sa bouche et par sa langue.
La mienne, celle de ma mère et de sa mère encore ; l’histoire.
De nous toutes qui n’avions pas de jambes.
"Oh ! elles n’ont pas de jambes, pas de secret sous la robe !"
Mais si belle la voix passante de la petite amie.

Je voulais rejoindre le château éclairé et l’homme très jeune sur le beau parquet au milieu des bals.
Celui que la tempête

J’ai donné ma langue pour un sexe et un amour.
Et si belle, ma voix qui montait, trémière au-dessus de l’eau.

Se pouvait-il que muette, je lui fus autre qu’une jolie bête de compagnie ?
Moi qui fus poisson
moi qui fus poisson et si belle ma voix.

(…)

Paru le 1er janvier 2004

Éditeur : Le Temps qu’il fait

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.