Absenta

Auteur : Marie Huot

Absenta

par la voix de ma soeur, par sa bouche et par sa langue.
La mienne, celle de ma mère et de sa mère encore ; l’histoire.
De nous toutes qui n’avions pas de jambes.
"Oh ! elles n’ont pas de jambes, pas de secret sous la robe !"
Mais si belle la voix passante de la petite amie.

Je voulais rejoindre le château éclairé et l’homme très jeune sur le beau parquet au milieu des bals.
Celui que la tempête

J’ai donné ma langue pour un sexe et un amour.
Et si belle, ma voix qui montait, trémière au-dessus de l’eau.

Se pouvait-il que muette, je lui fus autre qu’une jolie bête de compagnie ?
Moi qui fus poisson
moi qui fus poisson et si belle ma voix.

(…)

Paru le 1er janvier 2004

Éditeur : Le Temps qu’il fait

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.