Aimé Césaire : "Cahiers d’un retour au pays natal" et Tchicaya U tam’si "Epitomé" d’Eric Shima

Aimé Césaire : "Cahiers d'un retour au pays natal" et Tchicaya U tam'si "Epitomé" d'Eric Shima

Etude comparative d’Eric Shima
Approches littéraires
LITTÉRATURE ETUDES LITTÉRAIRES, CRITIQUES AFRIQUE NOIRE MONDE CARAÏBES Burundi Congo Martinique

Dans le champ de la littérature négroafricaine moderne d’expression française, il a germé deux épitomés de douleurs, le Cahier et Epitomé, nés pour recentrer l’âme nègre égarée. La genèse, la thématique et l’esthétique, en étalent l’oppression, la révolte et la protestation du Nègre. A travers les thèmes du moi, du pays et du Nègre, la relativité de la réussite du contact Blanc-Noir éblouit, Dieu devenant complice dans le mal fait à une Martinique et un Congo qui se cherchent comme deux amants.
Préface du professeur Bamboneyeho

Paru le 1er juin 2008

Éditeur : L’Harmattan

Genre de la parution : Essai

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.