Ainsi va la nuit

Ainsi va la nuit

La nuit nous plonge dans un nouvel espace-temps pour un autre vécu. Cela va de la quiétude réparatrice, de l’illusion, de la facétie, de la fête jouissive ou encore de la solitude jusqu’à la peur nocturne et la ruine des repères.
Tout redevient possible au cœur de la nuit. Tout s’emballe ou se calme, c’est selon. Multiple, la nuit revient chaque jour et reste inachevable. Nous venons de la nuit et finissons par y retourner.
Dix-sept auteurs et quinze artistes explorent la puissance de la nuit, la lumière de l’ombre.

Paru le 1er octobre 2011

Éditeur : Voix d’encre

Genre de la parution : Anthologie

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.