Al Dante

Les éditions Al Dante proposent de découvrir des écritures singulières. Par écriture singulière, nous entendons toute nouvelle proposition affirmant que tout est encore à inventer, loin des productions formatées.
Ces propositions peuvent s’appeler prose expérimentale, poésie sonore, poésie action, poésie visuelle, performance… Elles peuvent aussi s’appeler autrement, ou refuser de se nommer, ne pas se nommer encore…
Les éditions Al Dante œuvrent pour que ces inclassables deviennent des incontournables sans former un groupe homogène, sans être représentatifs d’aucun courant, d’aucun mouvement. Il s’agit plutôt, à un moment donné, d’une réunion informelle d’écrivains, de poètes, d’artistes, travaillant toujours plus loin dans la rupture.
S’il fallait tenter de définir ce qui serait le point commun de ces expérimentations, on pourrait parler de la volonté de faire exister l’écriture par tous les moyens, dans un éclatement permanent de tous les formalismes, dans un dérèglement de tous les codes, dans une guérilla active des écritures, du côté de la vie.

Plusieurs collections ainsi qu’une revue charpentent les éditions Al Dante
• la revue Nioques : revue de création et d’expérimentation. (Directeur : Jean-Marie Gleize. Comité de rédaction : Laurent Cauwet, Jean-Marie Gleize, Christophe Hanna) ;
• la collection Niok (dirigée par Laurent Cauwet et Jean-Marie Gleize) : intimement liée à la revue Nioques, elle délimite un champ toujours plus vaste d’écritures indécidables ;
• la collection " & " (dirigée par Laure Limongi) : textes réflexifs sur les pratiques littéraires, et plus généralement artistiques, liées ou inspirées des avant-gardes, du Coup de dés… de Mallarmé à nos jours ;
• la collection arts : ouverture vers d’autres pratiques artistiques que strictement littéraires : multimedia, photographie, video, art corporel, performances, arts plastiques, architecture…
• la collection CD : pièces sonores de compositeurs, parfois de poètes sonores, dont les limites entre écriture et musique tendent à se brouiller.
Laurent Cauwet

Contact

1 rue du Loisir

13000

Marseille

Handicapé ; Bien ?!?!?! – Épisode 1

16 novembre 2020

Handicapé ; Bien ?!?!?! – Épisode 1

Fragments de la poésie totale du poète, performeur et artiste franco-chinois, figure emblématique de la résistance artistique et culturelle chinoise.

Handicapé ; Bien ?!?!?! – Épisode 2

16 novembre 2020

Handicapé ; Bien ?!?!?! – Épisode 2

99 photo-poèmes du poète, performeur et artiste franco-chinois, figure emblématique de la résistance artistique et culturelle chinoise.

Le grand dépotoir

16 novembre 2020

Le grand dépotoir

En 2020, Julien Blaine, né en 1942, dresse l’inventaire (et fait don) de ce qui reste dans un atelier d’artiste à la fin d’une vie de création. Le grand dépotoir rassemble essais, lettres et réflexions sur sa vaste entreprise poétique depuis ses débuts, constituant une mise en perspective aussi bien qu’une introduction complète à sa démarche sacrilège.

La cinquième feuille – Aux sources de l'écrire et du dire

16 novembre 2020

La cinquième feuille – Aux sources de l’écrire et du dire

La synthèse de la vaste enquête scientifico-poétique menée par Julien Blaine depuis plus de 20 ans pour retrouver la trace, l’empreinte, d’une langue originelle et élémentaire qui remonterait aux racines du verbe, hors de toute révélation divine, permettant d’éclairer 58 ans d’activités poétiques.

2019

16 novembre 2020

2019

Le nouveau « Biennale-Bouquin » (BB) de Julien Blaine, recueil de poésies lyriques et épiques, d’expérimentations visuelles et typographiques, de traductions de gravures préhistoriques, de témoignages sur des performances et déclarations, de carnets de voyages, etc.

Soleil absent

3 janvier 2020

Soleil absent

Un poème-fleuve qui interroge notre être au monde avec une liberté à la fois nouvelle et atemporelle, comme si cette parole nous venait des origines.

Machine Concerto pour autotypo, conques et bulles – duo

1er février 2014

Machine Concerto pour autotypo, conques et bulles – duo

Julien Blaine & fabrikdelabeslot
Le dvd témoigne d’une performance de Julien Blaine : Je parle à la machine.
Le poète est ici accompagné de fabrikdelabeslot, artiste polymorphe qui accompagne Julien Blaine avec ses étranges instruments à vents et à bulle sur un fond de presses typos vivantes (fabrikdelabeslot signe également le graphisme du très élégant livret accompagnant le dvd).
Cette perfomance a eu lieu dans les ateliers d’impression de l’École Supérieure d’Art et Design Grenoble–Valence, (…)

Agenda rouge de la résistance chilienne

1er février 2014

Agenda rouge de la résistance chilienne

Il nous aurait fallu des fusils à poème pour empêcher le massacre de la partie la plus consciente de la poésie de notre peuple. Les militaires et les bourreaux de tous les pouvoirs veulent extirper la poésie de nos consciences, c’est leur unique but. L’état confond la rime de nos vers avec ses publicités et ses slogans de propriétés sanglantes et avariées. Nous avons des fusils poétiques. Nous avons des grenades de vers que nous lançons comme des grammaires et des conjugaisons d’avenir.
C’est en poète (…)

Gaza, d'ici-là

1er janvier 2013

Gaza, d’ici-là

Gaza, d’ici-là est un texte inédit qui se concentre sur les événements qui ont eu lieu lors des interventions militaires menées à Gaza sous le nom « Opération Plomb durci », entre le 27 décembre 2008 et le 18 janvier 2009. Il est fondé sur une publication de l’Onu, Rapport de la Mission d’établissement des faits sur le conflit de Gaza.
Elaboré sous la forme d’une suite de récitatifs, dans l’esprit du travail mené par les poètes objectivistes américains, il s’agit d’un "document poétique" : « l’art narratif (…)

Mes âneries dans le Berry

1er mars 2012

Mes âneries dans le Berry

Nous serons côte à côte, en tête à tête, face à face comme nous l’étions à Marseille avec cousin zèbre… Nous marcherons avec nos bouilles écrabouillées, nos gueules à dégueuler, nous ferons la bête avec nos visages à envisager, nous serons face à face pour nous effacer ?

Poème
de l’instant

Les Provinciales

Ferme les yeux, tout ce que tu vois t’appartient.

Jean Giraudoux, Les Provinciales.