Al Manar

Editions de livres d’artistes, de recueils de poésie et de nouvelles du Maghreb.

Contact

96, bd Maurice Barrès

92200

Neuilly-sur-Seine

<i>Six poèmes nomades</i>

1er mars 2005

Six poèmes nomades

Poèmes de Vénus Khoury Ghata sur des peintures de Diane de Bournazel.
9 euros.

La brûlante rumeur de la mer

1er juillet 2004

La brûlante rumeur de la mer

Tous les lieux mènent ici à la mer. D’abord intérieure. Brûlante. Dans la tourmente du réel. Portée par le vécu, l’intensité des émotions, le va-et-vient dans les souvenirs, douloureux ou conflicutels, le mouvement inlassable de l’être. Quête ontologique, écrite comme un journal poétique où s’entremêlent pays et paysages, lumière et ombres, aubes et pénombres, fortes sensations et interrogations inquiètes. L’écriture ne trouve nulle part havre de paix.
16 (…)

<i>Les ruses de vivant</i>

1er avril 2004

Les ruses de vivant

Dessins de Mohammed Kacimi.
Laâbi et Kacimi souhaitaient voir leur amitié donner naissance à une oeuvre commune.
Ce livre (l’artiste et le poète s’interrogeaient sur la mort approchant) est la première oeuvre posthume de Mohammed Kacimi - et sans doute l’un des textes le plus émouvants d’Abdellatif Laâbi.

Presque nuit

1er mai 2003

Presque nuit

Poèmes de Salah Stétié sue des illutrations de Claude Bellegarde
9,50 euros

L'horizon incendié

1er septembre 2002

L’horizon incendié

Dans ce recueil, Tahar Bekri mêle les espaces et le temps, réels ou imaginaires, dans une traversée habitée par les questionnements de la vie et de la mort, et l’espérance, impénitente. Marqués par le voayge (Sénégal, Mali, Belgique, France, Tunisie…), l’enchevêtrement des paysages, des sentiments, des émotions, ces poèmes tentent de capter des rayons de lumière dans l’obscutiré menaçante. Dans leur intériorité, ils interrogent l’être et le monde, en quête d’absolu, dans une écriture sobre et au rythme (…)

Pluie sur la Palestine

1er juin 2002

Pluie sur la Palestine

poèmes de Salah Stétié avec des dessins de Rachid Koraïchi
8 euros

<i>Petit Musée portatif</i>

1er avril 2002

Petit Musée portatif

avec les aquarelles d’Abdallah Sadouk.
Celui qui décidément ne prend pas racine, activant sans répit son don de passeur, passager lui-même d’une rive à l’autre, d’une langue à l’autre, d’une culture à l’autre, où habite-t-il ?
Où pose-t-il son sac et son âme le temps de reprendre souffle, d’affûter son oeuvre, de méditer, de s’enflammer à nouveau pour lutter contre l’obscur ?
Il se pourrait que cela soit dans un "paysage ", plutôt que dans une maison… Paysage intérieur donc, mais incarné. Recomposé, métissé, à (…)

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.