Alain Borne

Né en 1915 à Saint-Pont près de Vichy, il s’installe avec sa famille à Montélimar. Adolescent, il lit et écrit de la poésie. Dès l’âge de 24 ans, il publie son premier recueil de poèmes Cicatrices de Songes, qui obtient le prix Saint-Pol Roux. La même année, il est mobilisé. En 1940, il fonde avec Pierre Seghers Poésie 40, mouvement poétique de la Résistance. Tout en poursuivant son travail d’écriture il exerce le métier d’avocat. Il meurt d’un accident de voiture en 1962. Il chante l’amour, la vie tout en rappelant la menace de la mort et le néant originel.

Extrait

LES ORTIES, LA FUMÉE

Les orties, la fumée,
Les épines fleuries,
La cendre, l’herbe
dans tant d’absence éparse,
une dépouille humaine,
une rencontre nue,
un écho de plaisir,
une fleur animale,
deux yeux perdus,
un été familier,
une mesure d’ombre,
un soleil limité.
Boire très calme
la foudre inattendue ;
la tige découverte après l’étang de pierre,
et revenir encore à l’incendie parfait,
rêveur sous la paille,
et vénérer la paille où l’incendie se fait,
tenter contre la mort ce simple appareillage
Où ne pendent aux mâts que des voiles de flammes
Quelqu’un au bord du vertige,
une doublure agile,
un miroir de blessures.

Extrait de C’était hier et c’est demain, Éditions Seghers, 2004.

Bibliographie

Poésie - Posthume

  • L’Iris marchait de son odeur, Éditions Voix d’encre, 2014.
  • Le plus doux poignard, Éditions L’arachnoïde, 2012.
  • La nuit me parle de toi, Éditions Trident neuf, 2006 (Réédition).
  • Poèmes d’amour, anthologie, Éditions Le Cherche-Midi, 2003.
  • L’Eau fine suivi d’ En une seule injure, Éditions Editinter, 2002 (Réédition).
  • Célébration du hareng, poésie/première 22, 2002 (Réédition).
  • Encres, éditions Atelier du Hanneton, 2002 (Réédition).
  • Terre de l’été suivi de Poèmes à Lislei, Éditions Editinter, 2001 (réédition).
  • En passant par le lycée… Alain Borne, Lycée Alain Borne, 2001.
  • Un brasier de mots, poèmes inédits réunis par Alain Blanc, Éditions Voix d’encre, 2001.
  • La marquise sortit à 5 heures, nouvelles, Éditions Voix d’encre, 2000.
  • Poèmes inédits, revue Voix d’encre, n° 20, 1999.
  • L’amour, la vie, la mort, deuxième anthologie de poèmes inédits, Éditions Voix d’encre, 1994.
  • Seul avec la beauté, première anthologie de poèmes inédits, Éditions Voix d’encre, 1992.
  • Textes inédits, prose et correspondance, revue Voix d’encre n° 3/4, 1991.
  • Œuvres poétiques complètes, tome 2, Éditions Curandera, 1981.
  • Œuvres poétiques complètes, tome 1, Éditions Curandera, 1980.
  • Complaintes, Éditions Saint-Germain-des-Prés, 1974.
  • Indociles, Éditions Club du poème, 1971.
  • Le Plus Doux Poignard, Éditions Chambelland, 1971.
  • Le Facteur Cheval, prose, photographies de Henriette Grindat, Éditions Robert Morel, 1969.
  • Vive la mort, Éditions Chambelland, 1969.
  • Encres, Éditions Club du poème, 1969.
  • Les fêtes sont fanées suivi de La dernière ligne, Éditions Club du poème, 1965.
  • La célébration du hareng, prose, Éditions Robert Morel, 1964.
  • La nuit me parle de toi, Éditions Rougerie, 1964.
  • La Dernière Ligne, Club du poème, 1963.
  • L’amour brûle le circuit, Club du poème, 1962.

Poésie

  • Encres, Éditions Club du poème, 1961.
  • Encore, Éditions Rougerie, 1959.
  • Adresses au vent, traduit en italien par G. A. Brunelli, éditions Capitoli, 1957.
  • Treize, Éditions PAB, 1955.
  • Demain la nuit sera parfaite, Éditions Rougerie, 1954.
  • Orties, Éditions Henneuse, 1953.
  • En une seule injure, Éditions Rougerie, 1953 (Prix Antonin Artaud).
  • O P. 10, Éditions PAB, 1951.
  • L’Eau fine, Éditions Gallimard, 1947.
  • Terre de l’été, Éditions Laffont, 1946.
  • Poèmes à Lislei, Éditions Pierre Seghers, 1946.
  • Brefs, Éditions Confluences, 1945.
  • Regardez mes mains vides, Éditions PAB, 1945.
  • Seuils, Éditions Ecole de Rochefort, 1943.
  • Contre-feu, Éditions Cahiers du Rhône, 1942.
  • Neiges et vingt poèmes, Éditions Les angles, poésie 41, 1941.
  • Cicatrices de songes, Rodez, Éditions De l’Ilôt, 1939.

Apologie

Alain Borne par Geneviève Briot

Parler d’Alain Borne s’impose à moi. Pierre Seghers disait qu’il était avec Paul Eluard l’une des grandes voix amoureuses du XXe siècle. Ses poèmes de passion et de sensualité jaillissent peut-être d’autant plus intensément qu’il est hanté par la mort… Lire la suite

Auteurs en relation