Albertine

Une maison. Ici des petits livres. Et nous pouvons cligner de l’œil, fermer les yeux ou les ouvrir très grands. Dans le noir. Ici des livres comme des jours nouveaux. Des récits, des poèmes, des petits textes, voilà tout.

Contact

288 rue Saint-Jacques

75005

Paris

Langue du chien

1er février 2011

Langue du chien

Feng Feng. Un nom cuit comme de l’or.
A n’en pas douter Feng Feng c’est moi. Comme lui je ne sais si la langue du Chien est bien celle des Ombres, ou si celle de l’Ombre peut-être du Chien. Nous n’en savons rien.
Ce qui est sûr c’est qu’il existe un pays où pousse la nuit comme les fleurs et où l’heure n’est pas celle qui avance mais une qui va loin, très loin, derrière. C’en est une autre ? Elle file, libre, aile du coeur, anneau céleste tout à la fois. Avec elle je bénis la poussière, je murmure des (…)

Le livre de la nuit

1er mars 2010

Le livre de la nuit

"Je dis, tu dis, il dit, je veux, tu veux, elle veut me le dire, écoute ça."

Rectoverso de James Noël et de Dominique Maurizi

1er février 2009

Rectoverso de James Noël et de Dominique Maurizi

"Tous est toujours nuit
Il y a tant d’animaux dans mes pensées
Je montre mes cartons, ma patte, me
Présente - Nuit, dis-je…"
Dominique Maurizi
"Les pieds dans l’eau
j’ai la bouche ouverte des poissons
regardez bien
mes mots sont des bulles
n’y entrez pas
avec des chaussures de Cendrillon
comme si vous aviez atteint le seuil
d’un château de verre…"
James Noël

Un jour dans les jours de Liu Hongbin

1er avril 2008

Un jour dans les jours de Liu Hongbin

Traduit par Guilhem Fabre.
"Debout, devant les portes du crépuscule
J’ouvre les mots
Dans le silence l’obscurité
Le monde
Se ferme
Un homme écrit
Avec ses doigts mutilés
Dans son coeur la place immense est vide"

Les tables des matières

1er janvier 2006

Les tables des matières

"L’or où le ciel éclate
Aujourd’hui - là où je suis entraînée,
se découvre autre part, de tout autre part.
Ai-je vu ?
Aujourd’hui, il me semble - mais"

Poème
de l’instant

La panthère des neiges

L’affût commande de tenir son âme en haleine. L’exercice m’avait révélé un secret : on gagne toujours à augmenter les réglages de sa propre fréquence de réception. Jamais je n’avais vécu dans une vibration des sens aussi aiguisée que pendant ces semaines tibétaines. Une fois chez moi, je continuerais à regarder le monde de toutes mes forces, à en scruter les zones d’ombre. Peu importait qu’il n’y eût pas de panthère à l’ordre du jour. Se tenir à l’affût est une ligne de conduite. Ainsi la vie ne passe-t-elle pas l’air de rien. On peut tenir l’affût sous le tilleul en bas de chez soi, devant les nuages du ciel et même à la table de ses amis. Dans ce monde il survient plus de choses qu’on ne le croit.

Sylvain Tesson, La panthère des neiges, Éditions Gallimard, 2019.