Alcools

Poèmes choisis suivi de Le Bestiaire

Auteur : Guillaume Apollinaire

Alcools

Lu par Bernard Métraux.

Sélection de 47 poèmes. Musique originale de Karol Beffa. Contient 1 CD audio. Durée d’écoute : environ 1 h 10 mn

Initialement appelé Eau de vie par Apollinaire, le projet d’Alcools est une anthologie retraçant son itinéraire poétique depuis 1888. Apollinaire y rassemble des poèmes anciens, aux accents symbolistes, mystérieux et faussement archaïques, des poèmes rhénans, des poèmes du renouveau écrits entre 1907 et 1911 et publiés dans diverses revues et des poèmes plus récents, encore inédits. Agencé selon un principe thématique et poétique plutôt que chronologique, dépourvu de toute ponctuation et orné d’un frontispice de Picasso, ce recueil connaît vite le succès. Les mots rares, les détails insolites, les ruptures de ton et de rythme charment le lecteur comme un puissant sortilège… et l’amènent à redécouvrir et à apprécier Le Bestiaire paru
en 1911 et passé alors relativement inaperçu.

En un accord parfait avec la langue, le comédien Bernard Métraux interprète magistralement les plus beaux poèmes d’Apollinaire.
En bonus, un document d’archive rare et émouvant : une lecture du « Pont Mirabeau » par Apollinaire lui-même (1913).

L’écoute en classe de ce CD est autorisée par l’éditeur.

Paru le 3 octobre 2013

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : CD

Support : CD

Poème
de l’instant

Philip Larkin

Où vivre, sinon ?

Est-ce pour maintenant ou pour toujours
Que le monde est pendu à une tige ?
Est-ce pour un rendez-vous ou par ruse,
Ces bois trouvés pour aller faire un tour ?

Est-ce miracle ou mirage
Si vers les miennes se lèvent tes lèvres ?
Et les soleils, comme des balles de jongleurs,
Sont-ils une feinte ou un gage ?

Darde tes feux, mon ange surprenant,
Faisant front de tes seins à la peur coupe court,
Te prenant maintenant, je te prends pour toujours,
Car le toujours est toujours cet instant.

Philip Larkin, Où vivre, sinon ?, Traduit de l’anglais par Jacques Nassif, Éditions de la Différence, 1994.