André Hardellet

André Hardellet naît à Vincennes le 13 février 1911.

À la suite d’une scolarité réussie, André décide d’entamer des études de médecine avant de finalement reprendre l’entreprise familiale, une fabrique de bijoux appelée Les Alliances Nuptia, située dans le quartier du Marais à Paris. Parallèlement à ses activités, André écrit beaucoup, aussi bien des poèmes que des nouvelles, romans, essais et chansons. Il publie son premier recueil de poèmes intitulé La Cité Montgol aux Éditions Seghers en 1952.

En 1958, André Breton disait de lui qu’il était « le conquérant des seules terres vraiment lointaines qui vaillent la peine ». En 1966, lorsqu’il publie Les Chasseurs aux éditions Jean-Jacques Pauvert, André choisit comme épigraphe cet extrait d’Arcane 17 de Breton : « Où va si tard le voiturier, peut-être ivre, qui n’a même pas l’air d’avoir de lanterne ? »

André fréquente de nombreux artistes et écrivains de l’époque tels que Georges Brassens, Claude Seignolle, Alphonse Boudard, Louis Nucera, Robert Giraud, René Fallet, Julien Gracq, ou encore Robert Doisneau.

En 1969, prenant le pseudonyme de « Stève Masson », il publie Lourdes, lentes…, un récit érotique pour lequel il est condamné en 1973 pour « outrages aux bonnes mœurs » par la 17e chambre correctionnelle de Paris. Sa condamnation le touche particulièrement.

En 1972, André réalise, aux côtés de Michel Champetier, La Dernière Violette, un court métrage de 14 minutes relatant l’histoire d’un tueur s’en prenant à de vieilles dames. Ce tueur est interprété par Serge Gainsbourg.

André meurt un an après sa condamnation, le 24 juillet 1974, à l’âge de 63 ans.

La veille de sa mort, il rencontre l’écrivaine Françoise Lefèvre qui racontera cette courte entrevue dans un texte publié aux Éditions du Rocher intitulé Les larmes d’André Hardellet.

En 2008, les éditions Au Signe de la Licorne lui consacre un ouvrage collectif intitulé Présence d’André Hardellet.

Bibliographie

Poésie

  • La Cité Montgol, Éditions Gallimard, 1998.
  • Lady Long Solo, Illustrations de Serge Dajan, Édition Pauvert, 1971.
  • Sommeils, Éditions Seghers, 1960.
  • Le Luisant et la Sorgue, Éditions Seghers, 1954.
  • La Cité Montgol, Éditions Seghers, 1952.

Romans

  • Le Seuil du jardin, Éditions Julliard, 1958,
  • Le Seuil du jardin, Éditions Pauvert, 1966.
  • Le Seuil du jardin, Gallimard, 1993.
  • Le Parc des Archers, Éditions Julliard, 1962.
  • Le Parc des Archers, Éditions Gallimard, 1996.

Récits

  • La Promenade imaginaire, Éditions Gallimard, 2013.
  • Donnez-moi le temps, Éditions Gallimard, 2013.
  • Oneïros ou La Belle Lurette, Éditions Gallimard, 2001.
  • L’Oncle Jules, Illustrations de Wiaz, Éditions Régine Deforges, 1986.
  • L’Essuyeur de tempêtes, Éditions Plasma, 1979.
  • La Promenade imaginaire, Éditions Mercure de France, 1974.
  • Donnez-moi le temps, Éditions Julliard, 1973.
  • Les Chasseurs, suivi de Les Chasseurs Deux, Éditions Gallimard, 2000.
  • Lourdes, lentes…, sous le nom d’André Hardellet, Éditions Gallimard, 1994.
  • Les Chasseurs Deux, Prix des Deux Magots, Éditions Pauvert, 1973.
  • Lourdes, lentes…, sous le pseudonyme de Stève Masson, Éditions Pauvert, 1969.
  • Les Chasseurs, Éditions Pauvert, 1966.

Œuvres complètes

  • Œuvres complètes, 3 tomes, Éditions Gallimard, 1990-1992.

Dernières parutions