Anthologie Orphée érotique

Poèmes choisis par Thierry Gillybœuf

Anthologie Orphée érotique

Adresse et dessins d’Adonis.

C’est peut-être Flaubert qui, implicitement, a donné la meilleure définition de l’érotisme quand, à la fin de L’Éducation sentimentale, le jeune Frédéric Moreau monte l’escalier. Car l’érotisme, ce n’est pas la consommation des corps, ce n’est pas l’étreinte charnelle. C’est tout ce qui précède, tout ce qui y conduit. Cette montée du désir. Sa sublimation avec toutes les visions fantasmées qui l’irriguent. C’est le corps sans corps. Il procède de l’imagination et se dissipe dans sa propre réalisation. L’érotisme, ce n’est pas voir mais donner à voir. Ce n’est pas montrer mais évoquer. Chez Martial, Pierre de Ronsard, Lalla Romano ou David Herbert Lawrence, pour n’en citer que quelques-uns, ce sont les mots qui viennent ainsi donner chair à la religion érotique du corps aimé ou désiré.

Paru le 6 novembre 2019

Éditeur : La Différence

Genre de la parution : Anthologie

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Juneau

Had I been there
Looking across at the glacier
And wondering why it recedes
And does not advance,
I would surely have gone
To the little cafe on the wharf
And lunched on fresh halibut.
I would have been
Where I ought to have been,
In my mind, fishing deep waters.

N. Scott Momaday, « Juneau », apulée, Éditions Zulma, 2021.