Anthologie Orphée érotique

Poèmes choisis par Thierry Gillybœuf

Anthologie Orphée érotique

Adresse et dessins d’Adonis.

C’est peut-être Flaubert qui, implicitement, a donné la meilleure définition de l’érotisme quand, à la fin de L’Éducation sentimentale, le jeune Frédéric Moreau monte l’escalier. Car l’érotisme, ce n’est pas la consommation des corps, ce n’est pas l’étreinte charnelle. C’est tout ce qui précède, tout ce qui y conduit. Cette montée du désir. Sa sublimation avec toutes les visions fantasmées qui l’irriguent. C’est le corps sans corps. Il procède de l’imagination et se dissipe dans sa propre réalisation. L’érotisme, ce n’est pas voir mais donner à voir. Ce n’est pas montrer mais évoquer. Chez Martial, Pierre de Ronsard, Lalla Romano ou David Herbert Lawrence, pour n’en citer que quelques-uns, ce sont les mots qui viennent ainsi donner chair à la religion érotique du corps aimé ou désiré.

Paru le 6 novembre 2019

Éditeur : La Différence

Genre de la parution : Anthologie

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Je suis la fille du baobab brûlé

Elle a une main dans la main du désir
Nous ramons en haute mer
Les eaux suffoquées cassées
Masses pendues aux os tendres
Où je meurs dialogue des corps
Le voyage est infini sur les routes de lumière
Le vin des amants est un baiser mortel

Au chant de la bien-aimée
Un soupir rend l’éternité
Mêlant l’anatomie des sens
Notre histoire refuse la chronique des héros
Le sexe humide du poème
Nourrit l’espérance du monde
Nous arriverons ensemble
Nous cheminerons ensemble
Nous partirons ensemble
Au contrepoint de la terre

Ce qui n’est à personne est à moi
J’embrasse le crépuscule d’eau
Je suis debout au flanc des nuages
Je respire l’air frais du soir
Tant qu’il y aura une étoile
Je brillerai avec ma chanson
Et je chanterai à voix de tête

Rodney Saint-Éloi, Je suis la fille du baobab brûlé, « Elle a une main dans la main du désir », Mémoire d’encrier, 2015.