Apocryphe de Lucebert

traduit du néerlandais par Kim Andringa et Henri Deluy. Présentation par Henri Deluy.

Quel extrême contemporain pour une langue peu répandue hors de ses frontières nationales, pour une poésie longtemps à l’écart, pour un poète néerlandais, ici et maintenant ?

Peintre de renommée internationale, considéré comme l’empereur des poètes expérimentaux de son pays, Lucebert (1924-1994) bouleverse et renouvelle, dès 1948 et dans la mouvance de COBRA, normes, formes, thèmes, inspiration dramatique, rapport au monde et souffle lyrique de ce qui se nomme "poésie".

"je ne suis pas un doux poète
je suis le peste troublion
de l’amour, vois la haine au-dessous
et au-dessus une action caquetante (…)"

Paru le 1er septembre 2005

Éditeur : Le Bleu du ciel

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.