Apocryphe de Lucebert

traduit du néerlandais par Kim Andringa et Henri Deluy. Présentation par Henri Deluy.

Quel extrême contemporain pour une langue peu répandue hors de ses frontières nationales, pour une poésie longtemps à l’écart, pour un poète néerlandais, ici et maintenant ?

Peintre de renommée internationale, considéré comme l’empereur des poètes expérimentaux de son pays, Lucebert (1924-1994) bouleverse et renouvelle, dès 1948 et dans la mouvance de COBRA, normes, formes, thèmes, inspiration dramatique, rapport au monde et souffle lyrique de ce qui se nomme "poésie".

"je ne suis pas un doux poète
je suis le peste troublion
de l’amour, vois la haine au-dessous
et au-dessus une action caquetante (…)"

Paru le 1er septembre 2005

Éditeur : Le Bleu du ciel

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.