Apogée

Contact

11, rue du Noyer

35000

Rennes

Les lisières

1er avril 2008

Les lisières

Les huit textes courts qui constituent Les lisières sont autant d’étapes jalonnant les flanneries que l’auteur affectionne. De bar en bar, de bord de mer… en zone industrielle, Jacques Josse demeure un infatigable "arpenteur de solitudes".

"Mémoire d'hommes" précédé de "Les matins bleus" de Jean-François Dubois

1er mars 2008

"Mémoire d’hommes" précédé de "Les matins bleus" de Jean-François Dubois

A partir des quelques éléments dont il disposait, Jean-François a "recomposé" les vies de quatre de ses aïeux, tous tués à la guerre de 14-18. Peu importe qu’il y ait des suppositions, des incertitudes car ce qui prime, c’est d’empêcher "que les gens et les choses disparaissent sans laisser de trace". Loin d’une froide et rigoureuse démarche historique, ce sont précisément ces doutes qui donnent à ce livre toute sa sensibilité.
Jean-François Dubois a publié plusieurs livres de poésie et de textes en (…)

Le coeur et autres mélancolies

1er octobre 2007

Le coeur et autres mélancolies

Le cœur et autres mélancolies comporte des textes autour de l’image du père et un journal de résidence, qui alternent, ce qui permet à leurs mélancolies de se relayer. Un "appendice" suit, par nécessité.[…] Une autre forme de journal. Pour que le lecteur/la lectrice n’ait jamais l’impression d’être tenu(e) à l’écart.

Issues

1er mai 2006

Issues

Recueil de seize textes allant de la nouvelle au poème en prose, centrés sur des destins ordinaires en prise avec une fracture ou un exil. Les protagonistes de cet ensemble - de l’adolescente handicapée à la vieille dame solitaire en passant par un pigeon voyageur - saisis dans leur énigme particulière, ont en commun le franchissement d’un seuil.

la Librairie

1er mai 2006

la Librairie

"dans la Librairie, le livre s’est ouvert en glissant mais retenu tout de suite j’ai été saisi par l’espace aveuglant d’une respiration autre - portes et fenêtres s’ouvrent comme jamais et tout resserre avec une précision qui fait que la langue semble revêtue des lignes seules nues de son corps frais."
La Librairie, ce serait ce lieu où le livre ouvre hors piste une route, et en soi tout autour de soi la terre brûle vraiment. Les images de Thierry Le Saëc décrivent ce mouvement, qui a aussi sa part (…)

Infinistère

1er mai 2006

Infinistère

De lieu en lieu, de ville en ville, de rencontre en rencontre, c’est toujours d’une limite qu’il est question ici : fins de terre, ports du Portugal ou d’Irlande, infantes disparues où se lit la nostalgie d’une innocence à tout jamais enfuie. Ici, le poème tend vers un espace où, à une grande respiration atlantique, se mêle la hantise de la catastrophe - longues suites amplement rythmées et resserrements nets à vif construisent une sorte de chorégraphie (…)

Cendres vives suivi de Le Carré du ciel

1er mars 2006

Cendres vives suivi de Le Carré du ciel

Ecrire au plus près de soi, dans un souci d’attention au monde. Interroger notre quotidien le plus banal. Creuser dans la mémoire et ses failles. Apprivoiser deuils et blessures. C’est l’un des objectifs que s’est donné Françoise Ascal.
Les journaux Cendres vives et Le Carré du ciel constituent les deux premiers volets de cette entreprise que poursuit La Table de veille.
Ecrit entre 1980 et 1988, Cendres vives aborde la mort d’un père, le monde clos de l’hôpital et une recherche d’apaisement. Le (…)

Il me reste d'être l'ombre parmi les ombres de Christian Poirier

1er janvier 2006

Il me reste d’être l’ombre parmi les ombres de Christian Poirier

Frères poètes qui connurent l’horreur : Saint-Pol Roux, Max Jacob…
"Il me reste d’être l’ombre parmi les ombres" selon la volonté de Robert Desnos et de combien d’autres qui, à l’image d’Henri Le Guilloux, vécurent en poésie jusqu’à la mort. Car la poésie est une lutte dans l’extrême légimité du devoir de Liberté, acte suprême de Résistance face aux morts, au silence, à la barbarie. Ils furent Poètes ceux-là qui risquèrent le geste juste devant la pa terreur, la cruauté sans nom. Leur cri est notre délivrance. (…)

Sports de Dominique Quélen

1er septembre 2005

Sports de Dominique Quélen

Boxe 1
sans enjeu ni gain ? Tout en ruses pour commencer, se déroulant et s’achevant de même. Lutte de purs lutteurs. D’une force égale, pareils de tête et de corps, et qu’il faut serrer de près pour distinguer : leurs gestes rentrés, leur soin à faire et défaire mille petits noeuds. Manières d’artistes.

Un automne sur la colline de Françoise Ascal

1er janvier 2005

Un automne sur la colline de Françoise Ascal

A travers une vingtaine de lettres, le temps d’une saison, une femme s’adresse à un jeune soldat "un tirailleur sénégalais" mort en septembre 1944 lors d’un assaut décisif pour libérer la colline de Ronchamp, aux confins des Vosges.

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.