Après moi le bonheur de Ozdemir Asaf

Après moi le bonheur de Ozdemir Asaf

Homme libre, funambule des mots, de peu de mots, de peu de vers, le grand poète turc Özdemir Asaf (1923-1981) s’affranchit des codes de la poésie de son temps. Il invente une langue, crée un désordre ludique et, d’un poème l’autre, se perd, vous perd, se retrouve, vous déplace…
Journaliste, imprimeur, traducteur d’auteurs français (Apollinaire, Hugo, Éluard…), proche du nouvelliste Sait Faik et du poète Behçet Necatigil, il a laissé une œuvre existentialiste, quête de l’être et de l’autre, quête de «  toi  ».
«  Si je te racontais à toi, je raconterais moi, En te cherchant en toi, je me recherche moi.  »

Paru le 1er mars 2017

Éditeur : Bleu autour

Genre de la parution : Anthologie

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.