Aragon et la chanson

Aragon et la chanson

Aragon et la chanson
« Je déborde d’un chant sublime, impérieux », écrit Louis Aragon dans le poème Elsa. Ce chant, à la source de l’inspiration poétique en constitue aussi l’horizon, tellement Aragon fut à l’origine de nombreuses chansons. Les chanteurs qui, de Léo Ferré à Jean Ferrat, en passant par Georges Brassens ou, plus récemment, par Sanseverino, ont vu en lui une partition silencieuse en attente d’instruments.
Nathalie Piégay-Gros nous montre ici, avec tendresse et érudition, que la poésie savante et courtoise de l’auteur des Yeux d’Elsa, mariée à sa passion pour la musique populaire, pour le jazz, pour les flonflons et le music-hall et inscrite dans son contexte politique (Front populaire, Résistance, guerre d’Espagne…), a constitué une invitation ensorcelante pour les chanteurs qui l’ont lue et, sans doute, d’emblée fredonnée.

Deux volumes retracent ces noces d’évidence du poème et du chant. Le premier, riche de photos, petits formats, correspondances, dit le lien passionnel du poète à la chanson. Le second, à rebours, illustre l’engouement de chanteurs pour le poète. Les fac-similés des poèmes mis en chanson dessinent, sous le commentaire de Nathalie Piégay-Gros, la genèse à chaque fois différente de ces créations enchanteresses.

Nathalie Piégay-Gros est maître de conférences à l’université Paris 7-Denis Diderot. Spécialiste de littérature française contemporaine, elle a publié de nombreux articles et ouvrages, notamment L’Esthétique d’Aragon (Sedes, 1997) et Les Voyageurs de l’impériale (Belin, 2001). Elle a établi l’édition de La Semaine sainte pour la Bibliothèque de la Pléiade (Gallimard, Œuvres romanesques complètes, tome 4, 2008). Elle participe aux travaux du groupe Aragon de l’Item (Institut des textes et manuscrits modernes).

Paru le 1er septembre 2007

Éditeur : Textuel

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.