Aragon et le cinéma par Luc Vigier

Aragon et le cinéma par Luc Vigier

Collection « Le cinéma des poètes »
dirigée par Carole Aurouet

Louis Aragon a peu écrit pour le cinéma mais sur lui et avec lui. Il le frôle et l’absorbe avec intensité, comme matériau étrange et familier, d’un bout à l’autre de son oeuvre. Une part de son esthétique poétique s’en inspire et s’y confronte, et son regard obsédé par l’image fixe ou animée, trouve dans l’écriture cinématographique stimulants, métaphores et modélisations vitales. On doit donc chez Aragon traverser poèmes, proses poétiques et textes critiques pour saisir cette danse esthétique autour d’un art désiré, d"une tentation d’écriture peut-être et d’une cinétique singulière d’une pensée par l’image.
Cette étude se propose d’entrer quand c’est nécessaire dans le détail des textes (poèmes et poèmes en prose), notamment dans les cas d’ephrasis filmiques afin de faire entendre au mieux l’écriture aragonienne et de lier ces moments de forte attention par des aperçus synthétiques soulignant les moments clés où l’alchimie poétique engage un rapport spécifique au cinéma.
« L’homme moderne seul est un héros de cinéma. C’est pourquoi l’art cinématique doit porter fortement la marque de notre époque, doit se soumettre aux lois esthétiques les plus jeunes, les plus neuves, les plus hardies. » Aragon
Aragon, « Du Sujet », 1918

Luc Vigier est maître de conférences en littérature française à l’université de Poitiers et directeur de l’Équipe Aragon de l’Institut des Textes et Manuscrits. Ses recherches portent également sur les années dada, le surréalisme, la bande dessinée et la littérature numérique.

Paru le 1er avril 2016

Éditeur : Jean-Michel Place

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

La panthère des neiges

L’affût commande de tenir son âme en haleine. L’exercice m’avait révélé un secret : on gagne toujours à augmenter les réglages de sa propre fréquence de réception. Jamais je n’avais vécu dans une vibration des sens aussi aiguisée que pendant ces semaines tibétaines. Une fois chez moi, je continuerais à regarder le monde de toutes mes forces, à en scruter les zones d’ombre. Peu importait qu’il n’y eût pas de panthère à l’ordre du jour. Se tenir à l’affût est une ligne de conduite. Ainsi la vie ne passe-t-elle pas l’air de rien. On peut tenir l’affût sous le tilleul en bas de chez soi, devant les nuages du ciel et même à la table de ses amis. Dans ce monde il survient plus de choses qu’on ne le croit.

Sylvain Tesson, La panthère des neiges, Éditions Gallimard, 2019.