Aragon et le cinéma par Luc Vigier

Aragon et le cinéma par Luc Vigier

Collection « Le cinéma des poètes »
dirigée par Carole Aurouet

Louis Aragon a peu écrit pour le cinéma mais sur lui et avec lui. Il le frôle et l’absorbe avec intensité, comme matériau étrange et familier, d’un bout à l’autre de son oeuvre. Une part de son esthétique poétique s’en inspire et s’y confronte, et son regard obsédé par l’image fixe ou animée, trouve dans l’écriture cinématographique stimulants, métaphores et modélisations vitales. On doit donc chez Aragon traverser poèmes, proses poétiques et textes critiques pour saisir cette danse esthétique autour d’un art désiré, d"une tentation d’écriture peut-être et d’une cinétique singulière d’une pensée par l’image.
Cette étude se propose d’entrer quand c’est nécessaire dans le détail des textes (poèmes et poèmes en prose), notamment dans les cas d’ephrasis filmiques afin de faire entendre au mieux l’écriture aragonienne et de lier ces moments de forte attention par des aperçus synthétiques soulignant les moments clés où l’alchimie poétique engage un rapport spécifique au cinéma.
« L’homme moderne seul est un héros de cinéma. C’est pourquoi l’art cinématique doit porter fortement la marque de notre époque, doit se soumettre aux lois esthétiques les plus jeunes, les plus neuves, les plus hardies. » Aragon
Aragon, « Du Sujet », 1918

Luc Vigier est maître de conférences en littérature française à l’université de Poitiers et directeur de l’Équipe Aragon de l’Institut des Textes et Manuscrits. Ses recherches portent également sur les années dada, le surréalisme, la bande dessinée et la littérature numérique.

Paru le 1er avril 2016

Éditeur : Jean-Michel Place

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.