Archéophonies

Peter Gizzi

Archéophonies

Traduit par Stéphane Bouquet

Peter Gizzi, né en 1959, dans le Michigan, est poète, essayiste, éditeur et professeur de littérature américaine (University of Massachussetts Amherst). Il a publié huit livres de poésie, qui, tous, ont été remarqué par la critique outre-atlantique.

Avec le présent recueil, Archeophonics, le troisième que nous publions, après Externationale et Chansons du seuil, nous avons pour ambition de poursuivre, dans le cadre de notre collection La Série Américaine, exclusivement consacrée aux poètes américains, une politique d’auteur pour cette voix contemporaine novatrice.

Archéophonies est un titre qui ne fait pas mystère de son contenu.

Il s’agira de voix (phonies) et il s’agira de choses qui sont sous le sol et qu’on trouvera si on creuse (archéo) : morts, fantômes, souvenirs d’enfance et d’une langue qui chantait des berceuses aux « rythmes naïfs » (pour citer Rimbaud qu’un des poèmes place en épigraphe). Mais aussi souvenirs d’amours ratées ou d’une adolescence parfois compliquée. Dans un des poèmes le narrateur à genoux sur le sol, « dégueu et défoncé », pourrait ressembler comme un frère au poète Peter Gizzi qui a, de son propre aveu, abusé de substance dans sa jeunesse. (Stéphane Bouquet)

Texte de l’éditeur.

Paru le 28 mars 2019

Éditeur : José Corti

Poème
de l’instant

Olivier Barbarant

Essais de voix malgré le vent

Voilà dix ans que je tente passer la rampe sans trop forcer les choses ni les mots gaspillés
Tant que faire se peut à éviter les coups de glotte ou le leurre d’en rajouter
Dix ans à prendre les pages pour cet étrange mégaphone où le murmure porte au loin sans briser si possible sa première douceur
À croire qu’avec le livre ouvert c’est le frisson qui se propage et qui peut-être se survit

Dix ans à vous prêter entre mon corps et l’ombre ce bruit de branche agitée qu’un jour vous aussi avez entendu
Sans toujours songer à le dire si bien que je le fais pour vous
Rêvant des phrases et formes de remords comme une mûre dans les ronces
Rompant lentement le silence jusqu’à nos lèvres écorchées
Pour faire place au peu de jours de vous à moi qui nous rassemble.

Essais de voix malgré le vent, Éditions Champ Vallon, 2004.