Argos

Contact

Asilo personal de Pablo Urquiza

1er octobre 2007

Asilo personal de Pablo Urquiza

"mon ciel, lit secret de l’alouette,
je ne l’ai pas perdu si toi, havre de grâce,
tu entends les solitaires quartettes,
tu les entends sonner comme tout sonne
dans cet instant de feu."

Poème
de l’instant

Charles Baudelaire

Hymne à la beauté

L’éphémère ébloui vole vers toi, chandelle,
Crépite, flambe et dit : Bénissons ce flambeau !
L’amoureux pantelant incliné sur sa belle
A l’air d’un moribond caressant son tombeau.

Que tu viennes du ciel ou de l’enfer, qu’importe,
Ô Beauté ! monstre énorme, effrayant, ingénu !
Si ton œil, ton souris, ton pied, m’ouvrent la porte
D’un Infini que j’aime et n’ai jamais connu ?

Charles Baudelaire, 1821-1867, « Hymne à la beauté », Les Fleurs du mal , 1857.