Au front des sapins

Auteur : Maximine

Au front des sapins

Maximine sait que les fleurs et les arbres transmettent des messages sans cesse renouvelés qui nous concernent directement. Après les pivoines et les lilas, ce sont ici les sapins sévères qu’elles dresse devant nos yeux, comme des gardiens irrécusables.

Les vifs octosyllabes ralentissent un peu leur pas, jusqu’à l’immobilité d’une contemplation urgente. Le chant se fait plus grave, et parfois douloureux, malgré des souvenirs d’enfance qui introduisent une paix dans la solitude austère de smonts vêtus de neige. Tout est prêt alors pour la vision d’un autre monde :

O refus des assauts du blanc !
On dirait les mlorts enlisés
- Lentement ils se sont levés -
Qui marcheraient les vivants.

Jean Mambrino

Paru le 1er octobre 2005

Éditeur : Arfuyen

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.