Au front des sapins

Auteur : Maximine

Au front des sapins

Maximine sait que les fleurs et les arbres transmettent des messages sans cesse renouvelés qui nous concernent directement. Après les pivoines et les lilas, ce sont ici les sapins sévères qu’elles dresse devant nos yeux, comme des gardiens irrécusables.

Les vifs octosyllabes ralentissent un peu leur pas, jusqu’à l’immobilité d’une contemplation urgente. Le chant se fait plus grave, et parfois douloureux, malgré des souvenirs d’enfance qui introduisent une paix dans la solitude austère de smonts vêtus de neige. Tout est prêt alors pour la vision d’un autre monde :

O refus des assauts du blanc !
On dirait les mlorts enlisés
- Lentement ils se sont levés -
Qui marcheraient les vivants.

Jean Mambrino

Paru le 1er octobre 2005

Éditeur : Arfuyen

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.