Audace

Quand on se choisit un nom de scène, ce n’est pas par hasard. Alors, s’appeler Audace ne va pas sans risque ni panache.
Cette jeune interprète de 23 ans n’a pas craint d’empoigner les mots déroutants et déroutés du grand dramaturge Valère Novarina, afin de leur inventer un tempo alarmé et rebelle.
C’est cette fougue et ce phrasé au refrain « vaille que vaille » que le jury de cette 11ème édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté, menée par Le Printemps des Poètes et présidée par Rebecca Manzoni, a tenu à saluer.

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.