Autant que ciel ce peut d’Etienne Orsini

Auteur : Etienne Orsini

Autant que ciel ce peut d'Etienne Orsini

Préface de Salah Stétié

"La tête des mauvais jours
Ne tient
Qu’à un cheveu
Sur les épaules

Est-ce dans ce cerveau
Qu’un bateau prend l’eau ?

Par gros temps dedans

Il ferait meilleur
Habiter la rue

S’en tenir aux hens
Pour ne pas sombrer
Tout au fond de soi

A cause d’une simple
Tête des mauvais jours".

Paru le 1er mars 2010

Éditeur : Le nouvel Athanor

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Matthieu Messagier

post-verbum aux demains sans tutelles

la plupart des manèges et la nuit a tardé
dessus les restes hasards de sueurs nouvelles nées
et dès que les rôles emportent les légendes
là où les sons obtiennent le fard à déprendre
sur les voiles de larmes encore rugueuses
que le parage a abandonné derrière lui
des papillons de nuit aux teintes obscurantes
pour ce que leur vie arrête en ce royaume
soudain allument de biais sans que l’os y consente
les us inespérés de mondes en dense et séculiers
et les dés à découdre du moins résolvent les passés
et au chas des jeux de pôles se faufilent d’autres étés
si l’écho des odes après-voir offre la merveille
même surgie d’ailleurs où l’âme se porte sans appareil

inédit pour le Printemps des Poètes