Belin/ Po&sie

Edite la revue Po&sie dirigée par Michel Deguy

Contact

8 rue Férou

75278

Paris cedex 06

Afriques 1

1er avril 2016

Afriques 1

Zimbabwe - Dambudzo Marechera
Sénégal - Bakary Diallo
République du Congo - Tchicaya U Tam’si • Sony Labou Tansi
Nigéria - Chinua Achebe • Akinwumi Isola
Mauritanie - La ritournelle des Heddar
Maroc - Embarek Ouassat
Madagascar - Raharimanana
Kenya - Shailja Patel
Comores - Nassuf Djailani
Cap Vert - Corsino Fortes
Cameroun - Theombogü
Algérie - Habib Tengour • Amin Khan • Samira Negrouche
Afrique du Sud - Breyten Breytenbach • Nathan Trantraal • Lesego Rampolokeng • Santu Mofokeng
La (…)

Portrait du poète en soufi d'Abdelwahab Meddeb

1er novembre 2014

Portrait du poète en soufi d’Abdelwahab Meddeb

Le recueil se compose de poèmes sans titres, numérotés, qui se succèdent comme les étapes d’un voyage à la fois géographique et intérieur. Néo-nomade, le poète chemine à l’horizon du monde, qu’il lit comme un Livre. Ses échappées le conduisent au loin, de la Corée aux Caraïbes, du Bengale à la côte ouest de l’Amérique. Pus proches, ses haltes vont aussi de Tunis à Berlin, de Tanger à Paris, de Madrid au Caire, d’Alexandrie à Siwa ou Jérusalem. Il circule à travers le territoire et la mémoire des langues d’Orient (…)

Po&sie 145-146

1er juin 2014

Po&sie 145-146

In memoriam Robert Davreu
Franz Kafka, Browska, traduit de l’allemand par Robert Kahn
Friedrich Nietzsche, Poèmes lyriques, traduits de l’allemand et présentés par Guillaume Métayer
Joseph Brodsky, À Seamus Heaney, traduit du russe par Véronique Schiltz
Domenico Scarpa, Primo Levi, le vrai début  : «  Buna Lager  »
Eugenio De Signoribus, Corps sans nom, traduit de l’italien et présenté par Martin (…)

Po&sie n°142

1er février 2013

Po&sie n°142

La Pietà Baudelaire

1er novembre 2012

La Pietà Baudelaire

Michel Deguy amplifie ici la leçon donnée au Collège de France en 2012 : il nous livre "son" Baudelaire, où se condensent une lecture et un usage constants de l’œuvre de Charles Baudelaire, qui furent ponctués par Choses de la poésie et affaire culturelle (Hachette, 1987) et L’impair (Farrago, 2001).

Qui est comme Dieu

1er mars 2012

Qui est comme Dieu

Extrait
Mon psaume, tu sais, celui que tu as lu et dont tu as parlé,
celui-là
précisément ne dit pas son nom
Il en porte sûrement un, mais comme on porte des lettres dans ses bras,
sans savoir au juste si on pourra aller jusqu’à en faire un mot

<i>Préludes et fugues</i>

1er juin 2011

Préludes et fugues

Des voix tissent leur trame mélodique, s’accompagnent, se croisent, s’entrelacent, se répondent. Chaque poème est à la fois locuteur et interlocuteur. Qui a enfreint en premier le silence ? Qui fait écho ?
Ce livre, en sept cycles et un interlude, est porté par la structure du contrepoint. La répétition de mots, de phrases entières parfois, comme principe dynamique, tient de la reprise : non pas un éternel ressassement mais une progression continue à partir d’un présent (ou d’un passé) toujours (…)

Po&sie n°135

1er juin 2011

Po&sie n°135

Les entretiens de Po&sie
Vue démocratique
Auxeméry Walt Whitman, démocrate et lettré
Martha C. Nussbaum Le désir démocratique : Walt Whitman, traduit de l’américain par Martin Rueff et Tiphaine Samoyault
Jean-Luc Nancy Être-avec et démocratie
Marina Tsvetaeva Ma réponse à Ossip Mandelstam, traduit du russe et anoté par Eveline Aloursky
Paul Celan Ce que je ne sais pas […], traduit de l’allemand par Jean-Pierre Lefebvre
Petr Král Comme si
Giorgos Veltsos Se dévastant, traduit du grec par (…)

Chuchotements du poète coréen Ko Un

1er mars 2011

Chuchotements du poète coréen Ko Un

Après Dix mille vies (Belin 2008), Ko Un nous livre un nouveau recueil de 71 poèmes dans lequel il continue de tisser les liens entre sagesse orientale et culture occidentale. « Cela ressemble à des chuchotements plutôt qu’à des cris ou des chants qu’on fredonne », écrit Ko Un dans sa Préface à propos de ces poèmes qui sont en effet d’une écriture plus évocatrice qu’appuyée. Le recueil a été écrit dans une sorte de jaillissement après un an de silence succédant à une ascension dans l’Himalaya qui éprouva (…)

Po&sie n°134

1er février 2011

Po&sie n°134

GAO XINGJIAN L’environnement et la littérature. Écrire aujourd’hui, traduit du chinois par Denis Molcanov
FRANÇOIS CHENG Élégie de Lerici
NAKAHARA CHÛYA Requiems, traduits du japonais et présentés par Kawamura Hatsuho
PHILIPPE CHARTRON Anthropofiction(s)
GÉRARD NOIRET Plus loin que des limites
MACIEJ NIEMIEC Six poèmes, traduits du polonais par François Cambon
LI JINJIA Quatre proses, traduites du chinois par Paul Gardères et Claude Mouchard
PETER SZENDY Musique et torture. Les stigmates du son (…)

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.