Benoit Conort

Né en 1956. Ancien élève de l’Ecole nationale supérieure de Saint-Cloud, Benoit Conort a enseigné au Sri Lanka, en Pologne et au Portugal de 1981 à 1992. Il a également voyagé dans de nombreux pays, en Inde, au Népal, en Thaïlande, au Japon et aux Etats-Unis. Il a soutenu une thèse de doctorat sur la mort dans l’oeuvre poétique de Pierre Jean Jouve. Maître de conférences à l’Université de Paris X-Nanterre, il travaille sur l’écriture de la mort dans la poésie française du XXe siècle. Il est membre du comité de rédaction de la revue Le Nouveau Recueil et collabore à de nombreuses revues.
Il anime des ateliers d’écriture en collèges et lycées et participe à la formation des enseignants du secondaire à la poésie française contemporaine, à l’Académie de Versailles. Il a fondé avec Patrick Souchon le Carrefour des Écritures, association visant à promouvoir la pratique des ateliers d’écriture dans l’enseignement et en bibliothèque. Il a été membre de la commission poésie du CNL de 1996 à 1999.

Extrait

N’avais-tu pas ? N’étais-tu pas ?
Perdre était le mot. Toujours plus nu il se vidait
Jusqu’à perdre n’être plus n’être pas et le troisième
Terme
N’existe pas n’a pas de nom ni de terme

Encore criait-il
Où recommence l’origine ce qui
Otant le vêtement révèle la douceur
D’un corps sa nudité extrême et plus bas

Délaisse les raisonnements les démarches spécieuses
Le seul mouvement qui va du plus vers le moins
Ou le geste contraire
Ce n’est pas le but qui compte ni la source

L’intervalle
Seul fonde l’intervalle seul
Délaisse l’initiale et la finale

Va déborde tout ce qui est
A l’une et l’autre bornes
Excède l’intervalle même
Ni au-delà ni entre ni sur en aucun
Aucun lieu ne se pourra jamais dessiner
L’espace vide où plonge le regard
Sous la paupière de chair
L’aveuglement voulu vacant

Extrait de Main de Nuit, Éditions Champ Vallon, 1998.

Bibliographie

Poésie

  • Cette vie est la nôtre, Éditions Champ Vallon, 2001.
  • Main de nuit, Éditions Champ Vallon, 1998.
  • Au-delà des cercles, Éditions Gallimard, 1992. Prix Tzara.
  • Pour une île à venir, Éditions Gallimard, 1988. Prix Fénéon.

Essai

  • Écrire dans le noir, Éditions Champ Vallon, 2006.
  • Pierre Jean Jouve : mourir en poésie, Éditions du Sptentrion, 2002.

Livre d’artiste

  • Le regard fait son oeuvre, avec le peintre Joël Leick, 1994.