Bran reprend du service

Dominique Sorrente

à ceux de la bande à Charlie,

à leurs proches, aux ami-e-s inconnu-e-s

du 7 janvier 2015

Alors Bran monte sur son tabouret, un coquelicot entre les lèvres. Et il ouvre les guillemets : « Puisque Dieu-unique-grand vengeur débarque ainsi avec vos joujoux tueurs entre les mains pour faire de tels ravages, je salue Dieu-le-petit, le minuscule, le rabougri, le souffreteux, le malingre, le sans article défini, la petite chose, le rien du tout, le si invisible qu’il n’a plus besoin de vos délires boursouflés pour pisser comme il l’entend sur le bord du chemin et blaguer de bon cœur avec les vaches de derrière les barrières. Je salue Dieu-bulle d’air sans prête-noms, Dieu d’une maille à l’envers et une maille à l’endroit, le faufilant dans le filet de toutes les croyances, je salue Dieu-brin d’herbe et moins, si affinités, et moins encore au fil de l’eau lonlère, lon la… »

Bran a épuisé son stock de salive, il emporte avec lui les guillemets pliés. De sa poche trouée il sort ensuite un mouchoir en papier pas encore mâché au dos duquel il s’envole. À la grande surprise des aiguilleurs du ciel. Et toc ! Cloués au sol, ceux dont les oreilles sifflent de cris et qui cognent les murs en pure perte de leurs impacts prophétiques.

Ni vu, ni connu, Bran, pendant ce temps, parti dans la trouée d’un nuage. On l’entend juste grommeler dans une langue connue de lui seul, et encore les jours de premier quartier de lune, ces quelques mots : « faut pas charrier, à la fin… »

Dominique Sorrente

Poème
de l’instant

La panthère des neiges

L’affût commande de tenir son âme en haleine. L’exercice m’avait révélé un secret : on gagne toujours à augmenter les réglages de sa propre fréquence de réception. Jamais je n’avais vécu dans une vibration des sens aussi aiguisée que pendant ces semaines tibétaines. Une fois chez moi, je continuerais à regarder le monde de toutes mes forces, à en scruter les zones d’ombre. Peu importait qu’il n’y eût pas de panthère à l’ordre du jour. Se tenir à l’affût est une ligne de conduite. Ainsi la vie ne passe-t-elle pas l’air de rien. On peut tenir l’affût sous le tilleul en bas de chez soi, devant les nuages du ciel et même à la table de ses amis. Dans ce monde il survient plus de choses qu’on ne le croit.

Sylvain Tesson, La panthère des neiges, Éditions Gallimard, 2019.