Brefs Déluges

de Sébastien Févry

Brefs Déluges

Parfois, on ne sait pas ce qui brûle. On voudrait ne pas savoir. Les flammes gardent le secret de ce qu’elles consument, mais pas toujours. Il leur arrive de révéler les contours d’une forme sans substance ou plutôt dont la substance a été anéantie par le feu. Sur l’asphalte alors : des cercles noircis, des chiffons de cendre. Cela par les soirs de colère, quand les incendies continuent de battre des paupières.

Paru le 23 juillet 2020

Éditeur : Cheyne

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Matin de printemps

Matin de printemps –
mon ombre aussi
déborde de vie !

Kobayashi Issa, 1763-1828.