Brumes

Brumes

la brume est sans avenir
un rien la déchire

réduite à néant
voici que s’avivent les feux du ciel

couvant sous son dais
sommes-nous de même substance

dans nos corps opaques
nous qui renaissons à la lumière

plusieurs fois dans une vie
après avoir désespéré ?

Sont posés les thèmes de l’obscurité, du manque de clarté et de la mort, avec les arbres noirs, l’être « condamné aux brumes / comme à l’inconnaissance », marchant « sans l’espoir » et « sans boussole » : la marcheuse semble dantesque. Mais chez Françoise Ascal nous ne trouvons rien de la dimension moraliste des chants de Dante : la brume dont la forêt est enveloppée – « un rien la déchire » – n’attend que d’être considérée pour que poigne la lumière qui ravive. Dans Brumes, la forêt ne reflète pas l’inconscient de l’humain tourmenté, elle existe séparément et à part entière, avec ses propres mystères, elle est « forêts de nuages ». – Extrait de la postface de Sabine Huynh

Peinture de Caroline François-Rubino.

Aencrages & Co, 56 pages, 2021.

Paru le 9 février 2022

Éditeur : Aencrages&Co

Poème
de l’instant

Juneau

Si j’avais été là
À regarder le glacier
Et à me demander pourquoi il recule
Au lieu d’avancer,
Je serais sûrement allé
Au petit café sur le quai
J’aurais déjeuné de flétan frais.
Je me serais trouvé
Là où je devais être,
Dans ma tête, à pencher en eau profonde.

N. Scott Momaday, « Juneau », apulée, Éditions Zulma, 2021.