Ça tient à quoi ?

Ça tient à quoi ?

François De Cornière poursuit ici le parcours qui a toujours été le sien : celui de la vie, traversée par des instants notés au vol (un bout de phrase, une impression, un souvenir…). C’est l’écriture de ces moments-là qu’il essaie de fixer de la manière la plus claire. Il s’agit donc d’un journal qui n’en est pas tout à fait un.

Dans ce recueil, il y a enfin les questions que le poète se pose sur le grand mystère qui fait qu’avec un bout de papier et un crayon on peut « repartir », dans la vie comme dans l’écriture. Se demandant toujours : « Ça tient à quoi ? »

Après le succès du très poignant Nageur du petit matin, François de Cornière revient avec une poésie du quotidien, de l’intime, mêlant pudeur et finesse.

Paru le 1er mars 2019

Éditeur : Le Castor Astral

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.