Cahiers d’insouciance

Cahiers d'insouciance

Comment se départir d’un état d’alarme permanent, abandonner le souci et s’ouvrir authentiquement à une vie plus généreuse, plus libre ? Comment oser la non peur et la confiance ? À l’heure où l’individualisme gagne du terrain, il est tentant, pour moins souffrir, de se blinder, voire de démissionner. Chögyam Trungpa comme le Bouddha, Spinoza, Nietzsche et tant d’autres peuvent nous inspirer une voie bien plus audacieuse.

Les Cahiers d’insouciance constituent une tentative, un essai pour s’affranchir de la tyrannie des passions tristes et nous jeter dans la joie inconditionnelle. Une vie spirituelle qui ne rendrait pas meilleur, plus solidaire et qui laisserait quiconque sur le bas-côté ne vaut pas une heure de peine !

Deux défis traversent ces Cahiers : se détacher de tout sans renoncer au don de soi, à l’engagement, et contribuer ainsi à une société plus éveillée ; faire passer l’autre avant la voracité du moi. Ces carnets de route envisagent le quotidien, les blessures et les manques, les désirs et la peur, les liens et le partage.

Paru le 6 janvier 2022

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Prose

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Peuple des tentes

J’irrupte au jour
comme une fleur du désert
le ciel est haut
le soleil est vaste dans un coin de ciel
brûlent mes pieds sans sandales
au milieu des tentes
le vent s’orage
dans un concert à ciel ouvert

Nassuf Djailani, « Peuple des tentes », apulée, Éditions Zulma, 2021.