Cairn n°15

Cairn n°15

Les 2 versants nature/culture sont évoqués poétiquement par Jacqueline Held : « Arbre sage, arbre docile,/Peigné, brossé, toiletté…/Arbre sauvage, arbre fou,/Escaladant/La lune et les étoiles ». Chacun son rapport à l’arbre. Dan Bouchery apprend à dessiner avec un peuplier pour modèle puis relâche dans la nature une pousse de marronnier qui poussait dans sa cuisine. Catherine Leblanc esquisse le cyprès, « silhouette de Giacometti ». Fabrice Marzuolo évoque « Les arbres dans la ville » comme dit la chanson des années 70 de Maxime. Guy Chaty décrit le peuplier et le « frémissement haletant de chacune de ses milliers de feuilles, qui contraste avec l’immobilité tranquille du tronc ». Puis l’érable de Luce Guilbaud, le citronnier et le figuier de Constantin Kaïteris, le pamplemoussier exubérant de fruits de Daniel Biga, le cerisier en fleur de Ghislaine Lejard, le tilleul bruissant de hannetons et de scarabées dorés de Béatrice Machet-Franke. Les rêves de cabanes dans les arbres de Marcel Migozzi et Danielle Georges, la ronde des arbres : baobab, noyer, seringat, eucalyptus de Jean-Claude Touzeil. Claude Held s’interroge : « Faut-il être dans le vent ? ».

Paru le 1er septembre 2015

Éditeur : éditions de la pointe Sarène

Genre de la parution : Revue

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.