Campbon

Blason de Campbon

Située sur le sillon de Bretagne, à égale distance de Nantes et de Saint-Nazaire, à environ 30 kilomètres de chacune, Campbon est une commune qui, malgré son évolution, reste rurale. L’agriculture y occupe toujours une place importante. La présence d’une laiterie confirme la prégnance économique de ce secteur pour la commune. Toutefois, si l’activité agricole est et doit rester un atout économique important pour la commune, il n’est plus le seul.
En effet, la zone artisanale "Les Fours à Chaux" et la zone industrielle "Porte Estuaire" marquent la volonté de diversifier les pôles économiques sur la commune. Ses commerçants et artisans proposent une palette de services qui répondent aux besoins de ses habitants.
L’implantation des éoliennes, au milieu des champs, montre également que cette commune est résolument tournée vers l’avenir.

Ces dernières années, Campbon voit sa population croître, signe de son attractivité. Ses nouveaux habitants, pour la plupart, travaillent soit sur Nantes, soit sur Saint-Nazaire. En trente minutes, que ce soit en voiture ou en train, vous pouvez vous y rendre. Le réseau routier (voies express) et la proximité de la gare SNCF, sur la commune voisine de Savenay, permettent des déplacements rapides et sûrs.

Près de quarante associations dans les domaines sportifs, culturels et de loisirs existent, véritables médiatrices à l’intégration sociale. De nombreuses manifestations et festivités animent la cité.
De même, ces dernières années, les fêtes de village revivent, signe de convivialité. Pour beaucoup de campbonnais, choisir de vivre à Campbon, c’est faire le choix d’apporter « sa pierre » à la vie de la cité.

Campbon vient du mot "cambodonum", hauteur fortifiée en gaulois. Paroisse dédiée à Saint Victor qui y naquit au VIe siècle et dont l’ermitage fut détruit par les invasions normandes au IXe siècle.

Contact

Mairie
Place de l’Église,
44750 Campbon
02 40 56 55 00

La commune obtient l’appellation Ville en Poésie en 2019.

Images

Poème
de l’instant

Je suis la fille du baobab brûlé

Elle a une main dans la main du désir
Nous ramons en haute mer
Les eaux suffoquées cassées
Masses pendues aux os tendres
Où je meurs dialogue des corps
Le voyage est infini sur les routes de lumière
Le vin des amants est un baiser mortel

Au chant de la bien-aimée
Un soupir rend l’éternité
Mêlant l’anatomie des sens
Notre histoire refuse la chronique des héros
Le sexe humide du poème
Nourrit l’espérance du monde
Nous arriverons ensemble
Nous cheminerons ensemble
Nous partirons ensemble
Au contrepoint de la terre

Ce qui n’est à personne est à moi
J’embrasse le crépuscule d’eau
Je suis debout au flanc des nuages
Je respire l’air frais du soir
Tant qu’il y aura une étoile
Je brillerai avec ma chanson
Et je chanterai à voix de tête

Rodney Saint-Éloi, Je suis la fille du baobab brûlé, « Elle a une main dans la main du désir », Mémoire d’encrier, 2015.