Caractères

Contact

7 rue de l’arbalète

75005

Paris

<i>Ni idoles, ni étoiles…</i>

1er janvier 2007

Ni idoles, ni étoiles…

Dans une belle prose poétique, Bruno Durocher évoque l’histoire spirituelle de notre société, celle du peuple juif parmi les nations, depuis le patriarche Abraham traversant et dépassant le culte des forces de la nature. Par de brèves métaphores il campe les moments décisifs de la pensée, s’identifiant à tel ou tel grand guide ou collectivité. Exaltant les textes anciens de l’humanité denses de la relation de l’homme avec le transcendant, l’auteur dénonce la vacuité absurde des temps modernes et nous (…)

La ville contemplée / La città contemplata de Carla Gavioli

1er décembre 2005

La ville contemplée / La città contemplata de Carla Gavioli

"Jardin des plantes
La terre sèche attendait le déluge
pour mater l’espèce et faire parler
l’arbre l’herbe la fleur les racines (…)"

Surfaces

1er janvier 2004

Surfaces

Extrait
Reformuler l’intérieur du symbole
Le casser pour enfm le retrouver, Là
Masques en jachère.
Visages saisonniers
Si tu souhaites partir
Invente de nouveaux langages.
Toi valsant autour d’un même centre.
Et si tu souhaites ne jamais revenir…
Alors brise l’antérieur de la langue.
Extrait de la préface
« La poésie est fille de l’esprit. Elle donne à penser. Sourdement. Sa secrète offrande, dans les marges et les décalages qu’ouvre la langue, c’est ce que toute philosophie peine à dire : (…)

Lettre à ma femme, mon inconnue de Jean-Luc Lamouille

1er novembre 2003

Lettre à ma femme, mon inconnue de Jean-Luc Lamouille

Pendant ces années-là, où je t’ai cherchée à travers les continents, les villes où je fuyais la laideur du béton, les gares et les aéroports où le plus petit avion me semblait porteur de tes nouvelles, ton visage introuvable ne me reprocha jamais mon retard.
Etais-je sans cesse trop en avance ? Etais-tu déjà partie ? N’était-il pas encore l’heure ? marchions-nous au même rythme ? Nos parcours nous conduisaient-ils vers les mêmes carrefours ? J’étais devenu question et doute, angoisse de (…)

Points d’exclamation

1er mars 2003

Points d’exclamation

anthologie de la poésie croate contemporaine de Tonko Maroevic, traduit par Vanda Miksic

Le lierre de Kresimir Bagic

1er mars 2003

Le lierre de Kresimir Bagic

traduit par Marin Andriasevic

Grands paysages, petites ombres de Zvonko Makovic

1er mars 2003

Grands paysages, petites ombres de Zvonko Makovic

traduit par Brankica Radic

L’histoire d’une énumération d’Arjen Duinker

1er mars 2003

L’histoire d’une énumération d’Arjen Duinker

traduit du néerlandais par Daniel Cunin,

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.