Carnets de l’Oriental

Auteur : Hervé Brunaux

Carnets de l'Oriental

Ce texte est l’écho d’une performance poétique que j’ai réalisée en 2011, lors du festival La Traversée de l’Oriental, au Maroc. Ce « festival randonneur » – unique en son genre ! –, nous a menés, à partir d’Oujda, chef-lieu de la région de l’Oriental, dans des zones désertiques du Haut Atlas. Nos longues marches étaient ponctuées par des paroles et des gestes de poètes, de plasticiens, de photographes, de scientifiques, qui composaient, avec d’autres randonneurs, notre fameuse « Colonne ». Je suis intervenu parmi les rochers d’un oued à sec, près de Tamslamt. Je me suis inspiré de pétroglyphes néolithiques, gravés non loin de là sur des parois du site de Ghilen, chez la tribu berbère des Aït Seghrouchen – région de Talsint.

Paru le 1er février 2015

Éditeur : plaine page

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.