Carnets du méditant

Auteur : Salah Stétié

Carnets du méditant

« Entre deux mots, il faut choisir le moindre » osa un jour écrire Valéry. Salah Stétié s’est livré depuis des années à cet exercice périlleux où le langage se rapproche le plus possible du silence. Inscrivant dans ses carnets ces brusques et brefs jets de feu dont il se sert « pour éclairer sa nuit », le poète qu’il est ne trahit pas son art : il sait que la pensée réduite à l’essentiel sous forme de maxime ou d’aveu n’est pas si éloignée de la poésie-celle qui sait le poids de chaque mot. Libanais et musulman d’origine, de culture profondément humaniste, il livre dans ces méditations les fulgurances d’une sensibilité méditerranéenne, les visions d’une spiritualité touchant à la mystique et les provocations acérées d’un scepticisme à la Cioran. Ces Carnets du méditant sont à lire comme on se regarde dans le miroir : ils nous révèlent nos propres secrets dans toute leur nudité et nous incitent à vivre plus vrais.

Paru le 1er mai 2003

Éditeur : Albin Michel

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Léopold Sédar Senghor

Femme noire

Femme nue, femme noire
Vêtue de ta couleur qui est vie,
de ta forme qui est beauté !
J’ai grandi à ton ombre ;
la douceur de tes mains bandait mes yeux.
Et voilà qu’au cœur de l’Été et de Midi,
je te découvre, Terre promise,
du haut d’un haut col calciné
Et ta beauté me foudroie en plein cœur,
comme l’éclair d’un aigle.

Léopold Sédar Senghor, 1906-2001, « Femme noire », Chants d’ombre, Éditions Points, 2021.