Cartes postales

Auteur : Henry Jean-Marie Levet

Cartes postales

Henry Jean-Marie Levet était un jeune dandy qui, sous des allures d’esthète britannique, exerçait la fonction de diplomate. À sa mort, il avait seulement publié deux plaquettes de poèmes confidentielles avec des épigraphes de Laforgue et de Rimbaud. Il y eut aussi un Levet chansonnier et vaudevilliste qui collabora au Courrier français, l’un des journaux les plus importants de l’époque. Mais ce qui fera la gloire posthume de Levet, c’est la douzaine de poèmes constituant les Cartes postales qui ébahirent Larbaud - il le comparait à un Whitman français -, Fargue, Sylvia Beach, plus tard Morand (qui les connaissait par cœur) et Cocteau. Véritable légende, Levet est une référence pour plusieurs générations de poètes et d’écrivains.
Nouvelle édition en 2019

Texte de l’éditeur.

Paru le 14 février 2019

Éditeur : La table ronde

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.